Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Jean-Baptiste en Chablais Paroisse Saint-Jean-Baptiste en Chablais

BALLAISON

Église consacrée à Saint Étienne

Un peu d’Histoire

Tirée du livre "Histoire des Communes du Chablais" 
de Mr H.Baud et Mr J.Y.Mariotte
édité en 1980 aux éditions Horvath

La paroisse et la vie religieuse

Le patronage de St Etienne ainsi que l’existence de murs sur lesquels serait construite l’église actuelle semblent attester l’ancienneté de la paroisse de Ballaison, ancienneté s’accordant bien avec son importance comme centre de la châtellenie.

Au XV siècle, sa population était légèrement plus nombreuse que celle de Douvaine (80 feux en 1411 et en 1518), qui ne la dépassa qu’au cours du XIX siècle.

L’église devait être fort imposante si l’on en juge par les proportions que l’on peut aisément reconstituer.

Elle était très différente de l’édifice actuel qui en a cependant conservé certaines parties.

A droite de la neuf, deux chapelles correspondaient l’une avec le chœur, l’autre avec la nef.

Au côté gauche, deux autres chapelles, dont on retrouve sur le mur extérieur les traces d’ogives, étaient consacrées l’une à St Blaise, l’autre aux martyrs St Fabien et St Sébastien, la première fondée par les seigneurs de Ballaison, la seconde par Ne Jean, seigneur de Monfort.

Pendant la période d’occupation bernoise, le culte paroissial fut assuré par le pasteur de Massongy.

Par contre, le consistoire y avait son siège, tout en tenant de nombreuses séances dans les paroisse voisines (Douvaine et Veigy).

L’église de Ballaison

L’église frappe par sa dissymétrie et la disproportion entre la nef et le chœur.

Celui-ci se compose de deux travées barlongues, voûtées d’ogives « dont les moulures caractérisent en Savoie la seconde moitié du XV siècle ».

L’écu de Savoie orne la clef de voûte de la première travée.

Les deux chapelles latérales droites sont de la même époque.

La première, voûtée d’ogives, communique avec le chœur..La clef centrale porte les armoiries des nobles de Ballaison.

La seconde communique avec la nef qui a été édifiée ou reconstruite en 1764.

Celle-ci est plafonnée et précédée d’un clocher-porche dont le très beau bulbe surmonté d’une flèche élancée est dû à l’Italien Plonito (1830)

Les deux arcs brisés accolés au mur nord sont sans doute les vestiges de deux chapelles latérales contemporaines du chœur.