Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-André en Gavot-Léman Paroisse Saint-André en Gavot-Léman

Association "F.R.C."

... de nouveaux arrivants ! Que souhaiter de mieux pour ce début d'année ?

S'informer aussi sur le "Blog" :  

http://refugies.chablais.74hts.com/  

juin 2017 : une demande est en cours pour l'arrivée du fiancé de Nawar ; et une autre demande est faite pour la famille du dernier frère de Gatfan encore en Syrie (parents et jumeaux de 7 ans) pour la région Rhône-Alpes avec l'aide d'autres associations de notre région ; toutes ces arrivées se font dans la plus grande légalité par le biais de la "Fédération d'Entraide Protestante" et l'ambassade de France à Beyrouth.

Le 24 mai : une falmille syrienne originaire de Ohms est prise en charge par l'association FRC. Les deux parents et deux grands enfants étudiants universitaires. Ils arrivent avec des visas en règle, mais toutes les démarches de demandeurs d'asile sont à faire, et la prise en charge matérielle est entièrement à assumer jusqu'à l''octrois des titres de séjour par l' OFPRA (organisation française pour les réfugiés et apatrides).

Février : nous avons reçu une autre offre de logement, et deux demandes pour deux nouvelles familles ... nous attendons d'avoir un peu plus d'expérience pour prendre une décision définitive ...

 

Faites un don si vous le souhaitez (remise fiscale) voir blog ci-dessus

 

******************************************

#FaireEnsemble - Des femmes juives, chrétiennes et musulmanes chantent la paix

Vingt mamans originaires de Jaffa, en Israël s’unissent pour chanter un véritable message d’amour et de paix.

Elles s'appellent Alia, Loubna, Ada, Dalia, Miki, Irit ou encore Sihrab. Elles sont juives, musulmanes ou chrétiennes et clament ensemble qu'elles n'ont pas « enfanté pour faire grandir des soldats. »

Chaque semaine, elles se réunissent pour répéter au sein de la chorale «Rana Choir», projet né en 2008. La chorale se produira en concert à Toulouse samedi soir prochain.

« Je n'ai pas élevé mon fils pour qu'il devienne soldat. Je l'ai élevé pour qu'il soit ma fierté et ma joie. Qui oserait placer un fusil sur son épaule pour tirer sur l'enfant d'une autre mère ? », extrait d’une des chansons de leur répertoire traduite en français.

******************************************

Une vidéo  pour donner de vraies données qui relativise cette "crise" migratoire inventée pour nous faire peur

en 3 mn d'images

 

​*******************************************

Une belle fin d’année pour FRC

Au milieu de tant d'informations épouvantables et dramatiques qui ont marqué notre monde durant cette année 2016, nous voulons apporter :

une touche d'espérance, 

un message de joie,

comme un cadeau, en ce temps de Noël,

car depuis notre association avec les amis de Thonon, les choses ont bien avancé puisque nous attendons l'arrivée de nouvelles personnes réfugiées !

 

Durant la 1ère semaine de janvier,  Nathalie et Gérard accueilleront Hassan, un jeune somalien de 28 ans ;

il est arrivé le 10 janvier 2017

et vers la mi-février 2017, Geneviève et Gérard accueilleront une famille syrienne, de Homs : Ghatfan et Kaleda les parents, ainsi que  Nawar et Bashar, leurs grands enfants de 21 et 18 ans.

leur arrivée est repoussée jusque début avril : les démarches auprès de l'ambassade de France à Beyrouth sont complexes

Ce sont des personnes avec qui nous avons déjà eu de très bons contacts, soit directement (par Skype), soit par l'intermédiaire de membres de leur famille déjà installée en France ;
des personnes qui sont heureuses de savoir que, chez nous, des amis les attendent.

De quoi nous réjouir tous ensemble de la belle couleur d'accueil et de fraternité que revêt le Chablais !

MERCI Geneviève, Gérard, Nathalie, Richard pour votre précieuse générosité,
et MERCI à vous tous pour votre soutien financier qui permet de faire face à tous les frais qui se présentent.

JOYEUX NOEL A VOUS TOUS !

BELLE ANNEE 2017,

SOLIDAIRE ET FRATERNELLE !

****************************************************

Alors que la communauté internationale en reste à des déclarations d’indignation, le jeu stratégique des puissances en présence ignore toute dimension humaine. Les personnes sont écrasées sous les bombes, poussées à l’exode, exécutées. Aujourd’hui, elles manquent de tout : la situation humanitaire est terrible.

Avec le pape François,

la Conférence des évêques de France appelle

« à s’engager de toutes ses forces pour la protection des civils… c’est une obligation impérative et urgente ! ».


Par ailleurs, cette situation nous remet tous, élus, responsables et citoyens, devant nos responsabilités vis-à-vis de l’accueil des migrants et des étrangers. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la situation des personnes réfugiées chez nous. Nous devons les accueillir et les accompagner dans la durée. Pour des milliers de personnes, cette situation est souvent indigne, en particulier en Ile-de-France où, sous couvert de les prendre en charge, on se contente de les déplacer de quelques kilomètres.

À l’approche de Noël, nous appelons tous nos concitoyens à ne pas baisser les bras et à se montrer solidaires de ceux qui souffrent, proches et lointains.

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France

Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, président de la CEF
Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président de la CEF
Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, vice-président de la CEF
Cardinal André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris
Mgr Jean-Pierre BATUT, Évêque de Blois
Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez
Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise,
Mgr Philippe MOUSSET, Évêque de Périgueux
Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d’Autun
Mgr Pascal WINTZER, Archevêque de Poitiers
 

et ...

 

L'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine s'associe sans réserve

au communiqué du Président de la Fédération protestante de France (FPF).


A nouveau, la Russie a mis son véto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies demandant l'arrêt des bombardements sur les quartiers Est d'Alep, pour permettre l'acheminement d'aide humanitaire et l'instauration de « couloirs » pour l'évacuation des 250 000 civils assiégés dans cette zone.

Alep est détruite. Le nom de cette ville est devenu le symbole de la barbarie des hommes. Au moment où plus que jamais la paix y est bafouée et face à cette nouvelle entrave au Conseil de sécurité de l'ONU, la Fédération protestante de France veut exprimer, avec tous ceux qui se sont déjà mobilisés depuis longtemps, son indignation et son écoeurement face à l'impuissance des nations et les impasses dans lesquelles elles se laissent enfermer.

La FPF veut aussi faire entendre son cri d'espérance et de paix. Alors que depuis deux ans le protestantisme est engagé concrètement dans l'accueil inconditionnel des exilés et réfugiés venus du Proche Orient en solidarité avec ses réseaux d'Eglise, la FPF redit aux autorités de notre pays et de l'union européenne qu'elles ont une responsabilité à assumer pour qu'Alep soit le symbole d'une paix toujours possible ; pour qu'elle soit le nom de l'espoir et pour que les fraternités assassines se laissent réconcilier par la force de la paix.

François Clavairoly
Président de la Fédération protestante de France

 

*****************************************************************

La belle prise de position du maire d'Arcueil

Lors du Conseil municipal d'Arcueil (Val de Marne) du 29 septembre 2016, l'élu municipal FN à fait une proposition indigne. Ci-dessous, la belle réponse du maire !

Conseil municipal du 29 septembre 2016
Intervention de Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, en réponse au vœu du Front National intitulé « ma
ville sans migrants »


"Ce vœu est une insulte à l’histoire de notre pays et de notre commune.
Je vais vous rappeler la Constitution de 1793 : « Tout étranger âgé de 21 ans, qui domicilié en France, y vit de son travail, ou acquiert une propriété ou épouse une française ou adopte un enfant ou nourrit un vieillard, tout étranger enfin, qui sera jugé par le corps législatif avoir bien mérité de l’humanité, est admis à l’exercice des droits des citoyens français. »
Voilà plus de deux siècles, la République se définissait ouverte et accueillante. Votre pensée est moyenâgeuse, Arcueil a accueilli bien des migrants : Marie Curie par exemple, Antoine Marin dont un prix d’art contemporain porte le nom... Combien de familles venues d’Italie ou d’Espagne fuyant le fascisme, combien de familles juives d’Europe de l’Est dont plusieurs, hélas, livrées par la police de Pétain au régime Nazi.
Des gens célèbres mais aussi des maçons, des carriers, des ouvriers, des instituteurs, des réalisateurs, des commerçants. Dulcie September, luttant en France contre le régime de l’apartheid jusqu’à son assassinat. Des réfugiés chiliens fuyant Pinochet et même sans doute des réfugiés roumains fuyant la dictature Ceausescu.
Si nous avions fermé la porte aux migrants vous ne trouveriez guère de médecins à l’accueil des urgences de l’hôpital, les poubelles ne seraient plus ramassées dans nos rues, votre colistière ne serait peut-être pas à vos côtés ce soir et Picasso n’aurait pas rencontré Julio Gonzalez ici même. Votre vœu est une honte à propos des réfugiés alors qu’en ce moment même des enfants meurent sous les bombes à Alep, des familles sont affamées, les opposants politiques assassinés en Syrie, au Soudan ou en Erythrée.
Votre voeu est une honte parce que plus de 11 000 personnes ont péri en Méditerranée au cours des deux dernières années. Notre ville s’est déclarée prête voilà un an à participer à l’accueil de réfugiés car Calais, les bidonvilles qui fleurissent sont une indignité. A ce jour nous n’avons pas été sollicités, mais je réitère au nom de la majorité municipale notre disponibilité à accueillir les deux ou trois familles que les engagements internationaux nous demanderaient d’accueillir.
Il y a 36 000 communes en France, les engagements internationaux de la France parlent de 30 000 réfugiés, l’évacuation de Calais et des autres camps concerne 12 000 personnes. Cela ne fait même pas une famille par commune ! Et nous ne pourrions pas ?
A Arcueil, des particuliers se sont portés volontaires pour accompagner ces migrants dans leur insertion et même plusieurs pour les loger. Une famille syrienne vit depuis 3 ans dans un logement de 30m2 avec 3 enfants. Elle est avocate, lui ingénieure et ils vivent en faisant des ménages et des traductions. Beaucoup de familles françaises ont un parent ou un aïeul étranger. Ici même dans le conseil nous avons des parents, grands-parents venus de Belgique, de Guinée, du Cameroun, de Pologne, d’Algérie, du Maroc, de Roumanie, de Serbie, du Portugal, d’Espagne... Ils forment notre nation par leur adhésion aux valeurs de la République.
Votre vœu cultive le fonds de commerce de votre parti, la peur, la haine de l’étranger. Marion Maréchal Le Pen parle des migrants comme la « poussière » que l’on disperse. Elle dit « ça » pour qualifier des humains.Ces discours, cette attitude ressemblent énormément aux années 1930 lorsque, la crise économique s’aggravant, des gouvernements ont fait des juifs, le bouc émissaire de la colère de leurs peuples.
Les êtres humains ont en eux, la capacité à s’élever, la capacité d’empathie et de fraternité. Ils ont aussi des pulsions de mort et de violence contre lesquelles la culture, l’éducation et l’amour de son prochain doivent former rempart. Vous portez une très lourde responsabilité en appuyant sur ces tentations de haine et de xénophobie.
Nous ne vous laisserons pas dénaturer notre pays."

Daniel Breuiller
Maire d’Arcueil


Vous pouvez retrouver la délibération du Conseil municipal d'Arcueil du 29 sept. dans le fichier audio ci-après, en avançant le curseur jusqu'à la minute 24, pour entendre le voeux de l'élu FN, puis la réponse du Maire.

www.arcueil.fr/compte-rendu-conseil-municipal-du-29-septembre-2016/

 

« Un monde sans solidarité est un monde sans humanité ».

Nous serons présents au "Forum des Associations" les 25 et 26 novembre 2016, Espace des Ursules à Thonon les Bains.

Programme :

-          Vendredi :  - De 9h à 10h La peine de mort (ACAT)  - De 10h à 11h Mutuelles de solidarité et  microcrédits (CCFD Terre Solidaire)  - De 11h à 12h Epargne Solidaire (Habitat et Humanisme)  - De 13h30 à 14h30 Vivre ensemble (LICRA)  - De 14h30 à 15h30 Tibet toit du monde (Objectif Tibet)  - De 15h30 à 16h30 Les enfants migrants mexicains (Amnesty International)

-          Samedi : - De 10h à 11h Parrainage des enfants en Inde (EMAP-Enfants du Monde)- De 11h à 12H A comme ALZHEIMER (Alzheimer Haute Savoie)  - De 14h30 à 16H  GRAND DÉBAT  Intervenant René VALETTE (ancien Président du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement)  Un monde sans solidarité est Un monde sans humanité   - 16h30 Fin du Forum.

 

​**********************************************

Arrivée des réfugiés de Calais en Haute-Savoie

Retrouvez les informations importantes sur le lien suivant :
paroisse-saint-andre-en-gavot-leman/actualites/les-refugies-de-calais-sont-arrives

***********************************************

Convocation à une Assemblée Générale Extraordinaire


Elle se tiendra :


VENDREDI 4 NOVEMBRE 2016,
23 BOULEVARD DU GENERAL DESSAIX A THONON,
A 20 H.


Ordre du jour :


- allocution de bienvenue de la présidente ;
- proposition d’intégrer dans l’association FRC les membres du Collectif de Thonon ;
- modification des statuts de l’association ;
- renouvellement des membres du bureau ;
- questions diverses.

********************************************

Face aux réfugiés, l'évangile nous oblige !

La crise des migrants que connaît l’Europe renvoie les chrétiens aux racines bibliques de leur foi et à la construction même de l’Occident.

Face aux migrants, quelle doit être l’attitude des chrétiens ?

« Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique »

Si nous parlons aujourd’hui, c’est parce que nous aimons notre pays, et que nous sommes préoccupés par sa situation. Il ne s’agit pas pour nous d’alimenter la morosité par de sombres constats ; mais, en regardant les choses en face, d’apporter résolument notre pierre, notre réflexion, au débat que notre pays se doit d’avoir.

Nous ne sommes pas des spécialistes de la politique, mais nous partageons la vie de nos concitoyens. Nous les écoutons et les voyons vivre. Et ce qui touche la vie de l’homme est au cœur de la vie de l’Eglise. Comme le dit le Concile Vatican II :

« les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur »[1].

Or, il faudrait être sourds ou aveugles pour ne pas nous rendre compte de la lassitude, des frustrations, parfois des peurs et même de la colère, intensifiés par les attentats et les agressions, qui habitent une part importante des habitants de notre pays, et qui expriment ainsi des attentes et de profonds désirs de changements. Il faudrait être indifférents et insensibles pour ne pas être touchés par les situations de précarité et d’exclusion que vivent beaucoup sur le territoire national.

Ces cinquante dernières années, notre pays a énormément changé : économiquement, culturellement, socialement, religieusement… Il a connu en un laps de temps très court une profonde mutation qui n’est pas encore terminée. Les évolutions et les transformations ont créé de l’incertitude dans la société. Les références et les modalités de la vie ensemble ont bougé. Ce qui semblait enraciné et stable est devenu relatif et mouvant. Plus largement, c’est le monde tout entier qui a connu de très grands changements, et notre pays, dans l’Europe, donne le sentiment d’avoir du mal à se retrouver sur une vision partagée de l’avenir et ainsi imaginer son futur. L’affirmation sans cesse répétée du déclin de la France finit par éroder les dynamismes personnels et collectifs et, loin de contribuer à une prise de conscience risque surtout d’ajouter un peu plus à la morosité ambiante.

Pourquoi prendre la parole ?

Tout simplement, parce que les catholiques, citoyens à part entière, qui vivent eux aussi ces transformations au milieu de leurs contemporains, ne peuvent se désintéresser de ce qui touche à la vie en société, la dignité et l’avenir de l’homme. Si dans la tradition judéo-chrétienne, Dieu appelle tout homme par son nom, ce n’est jamais en tant qu’individu isolé, mais c’est toujours comme membre d’un peuple et pour l’ensemble de ce peuple auquel il est renvoyé. L’espérance chrétienne n’est donc pas seulement individuelle, elle est aussi collective.

Ce n’est pas la première fois que les évêques de France, d’une manière ou d’une autre, veulent contribuer à la réflexion citoyenne. Ce fut par exemple le cas dans les années 70 avec un document important intitulé : « Pour une pratique chrétienne de la politique »[2]. Près de vingt-ans ans plus tard, elle a de nouveau pris la parole dans un contexte différent. A ce moment-là, il ne s’agissait plus de préciser le cadre et les limites de l’action politique, mais au contraire de réagir déjà contre la désaffection envers la chose publique, le retrait dans la sphère privée, l’individualisme. Ce fut la déclaration : « Politique, l’affaire de tous »[3]. Apparaissait alors la formule qui sera reprise quelques années plus tard dans une autre déclaration : il faut «réhabiliter la politique »[4].

A côté de ces textes importants, les évêques de France ont également pris position à plusieurs reprises sur divers sujets concernant la vie en société et la recherche du bien commun : défense de la dignité et de la vie humaine du début à la fin, protection de l’étranger, souci des plus pauvres, solidarité, justice, paix, etc…

Aujourd’hui, la situation de notre pays nous conduit à parler de nouveau. Plus que jamais, nous sentons que le vivre ensemble est fragilisé, fracturé, attaqué. Ce qui fonde la vie en société est remis en cause. Les notions traditionnelles et fondamentales de Nation, Patrie, République sont bousculées et ne représentent plus la même chose pour tous. Alors même que l’aspiration au débat est forte, il semble devenu de plus en plus difficile de se parler, les sensibilités sont exacerbées, et la violence, sous une forme ou sous une autre, n’est jamais très loin.

Tout récemment, en juin dernier, dans la perspective de l’année électorale importante que notre pays s’apprête à vivre, nous avons voulu « appeler nos concitoyens à tenir compte de certainsenjeux qui nous paraissent engager notre avenir de façon déterminante »[5]. Mais il nous faut aller encore plus loin. Au-delà des échéances politiques à venir où les débats de fond risquent toujours de devenir otages de calculs électoraux, c’est à une réflexion plus fondamentale sur le politique en lui-même qu’il nous semble urgent d’inviter. Pour un tel chantier, chacun doit s’interroger et prendre ses responsabilités. Nous ne pouvons pas laisser notre pays voir ce qui le fonde risquer de s’abimer gravement, avec toutes les conséquences qu’une société divisée peut connaître. C’est à un travail de refondation auquel il nous faut, ensemble, nous atteler. Mais rien ne pourra se faire sans un regard lucide sur la situation.

[1] Concile Vatican II, Constitution Pastorale Gaudium et Spes sur l’Eglise dans le monde de ce temps, 1965, n°1.

[2] Les Évêques de France, Pour une pratique chrétienne de la politique, Paris, Centurion, 1972.

[3] Commission sociale de l’épiscopat, Politique : affaire de tous, La Documentation catholique, 1er décembre 1991. [4] Commission sociale de l’épiscopat, Réhabiliter la politique, Paris, Centurion, Cerf, Fleurus-Mame, 1999. [5] Déclaration du Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France : « 2017, année électorale : quelques éléments de réflexions »

  Source : http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/eglise-et-politique/428276-monde-change-retrouver-sens-politique-introduction/#!

Appel du Secours Catholique – Caritas France (16 septembre 2016)

Face au front du refus d’accueil des migrants, le Secours Catholique appelle élus et citoyens à se mobiliser pour montrer le vrai visage d’une France hospitalière !

Depuis quelques jours, le projet d’accueil des réfugiés de Calais à travers des centres répartis sur le territoire provoque des réactions politiques et une polémique indignes.

Des maires, des présidents de région, incitent les élus locaux et la population à s’opposer, par tous les moyens, à la création de ces centres d’accueil. Ils font appel aux sentiments les plus bas pour susciter la peur, le rejet, le repli, le refus de ceux qui fuient la guerre et la violence de leur pays.

Le Secours Catholique – Caritas France exprime son indignation devant ces appels de responsables politiques qui s’opposent au droit et renient les valeurs d’hospitalité et de solidarité, sapant ainsi notre capacité à faire société.

Les drames du Proche-Orient et d’Afrique ont provoqué l’exode de centaines de milliers de réfugiés. La France en a accueilli une partie bien modeste, comparativement à d’autres Etats, et est parfaitement en mesure de « prendre sa part » et d’organiser convenablement l’accueil des quelques milliers de réfugiés réduits à vivre dans des campements de fortune à Calais, à Paris ou ailleurs.

Les milliers de migrants contraints de vivre dans la rue en France, ou dans la « jungle de Calais », sont les symptômes de notre incapacité de notre pays à gérer de manière efficace l’accueil, l’hébergement et l’accompagnement des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire, et des injustices créées par le règlement de Dublin en Europe. C’est à cette tâche politique que doivent s’atteler ensemble le gouvernement, les élus, les associations et les citoyens dans un esprit de solidarité pour le bien commun.

Le Secours Catholique – Caritas France appelle chacun à montrer le visage de la fraternité et de l’entraide.

Le Secours Catholique appelle les élus locaux et régionaux à favoriser l’accueil en mobilisant les acteurs de solidarité qui sont présents sur leur territoire, et en suscitant l’expression de la générosité dont sont porteurs leurs concitoyens.

Le Secours-Catholique appelle son réseau d’acteurs (68 000 bénévoles), ses partenaires, les communautés chrétiennes, à se mobiliser auprès de leurs élus, avec les associations et structures d’accueil, pour encourager les mesures de solidarité avec les plus pauvres, et pour favoriser, en complément de l’effort des pouvoirs publics, un accueil digne des réfugiés dans un partage chaleureux et citoyen.

Pour s’informer :  http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/13/a-quoi-les-migrants-ont-ils-vraiment-droit-en-france_5012683_4355770.html#qC4pUCqhw54BJtUR.99 

​*****************************************************

L'été est passé ... c'est la rentrée ...

  • Nous avons été contacter par les bénévoles du Collectif de Thonon les Bains qui ont deux jeunes réfugiés à charge ... ils se sentent bien seuls et manquent de moyens. Ils désirent rejoindre notre association ... Une réunion du bureau est prévue fin du mois de septembre pour étudier ensemble les moyens de les intégrer dans notre projet. Nous vous tiendrons informer le plus rapidement possible !
  • Une information "journalistique" non suivie d'annonce officielle à ce jour : 157 réfugiés issus principalement de la "Jungle de Calais" sont attndus en Haute Savoie ...
  • La Conférence des Evêques de France et le Secours Catholique réagissent, au sens politique du terme, à l'indiférence générale fae au "problème" des migrations ... voir documents ci-dessus.
  • Nous serons présents au "Forum des Associations" qui aura lieu les 25 et 26 novembre 2016 à Thonon les Bains.

************************************************

Un article paru dans « Bonne nouvelle », le journal de la paroisse protestante.

Un exemple concret d’accueil de réfugiés.

Pour l’instant nous sommes un petit collectif, toutes confessions confondues et nous nous occupons de deux réfugiés,

Abdo Abbas (né le 1/7/96 kurde syrien d'Alep) et Muhamad Khoshnau (né le 30/7/97 kurde Irakien, d'Erbil).


Ils sont arrivés à Thonon en novembre 2015, séparément, ne parlaient pas français et ont été accueillis successivement par trois familles. Nous les avons guidés dans leurs démarches et donné des cours de français quotidiennement. 

Depuis le mois de septembre 2016, une personne nous a «prêté» un appartement dont nous ne payons que les charges et impôts (300 euros par mois) et nous avons pu les installer. Ils sont ravis de trouver un peu d’indépendance.


Abdo est en attente de son titre de séjour et a intégré l’IFRA (Institut de Formation Rhône-Alpes) où il suit des cours de français avec 3 stages qu’il devra effectuer dans les mois qui viennent afin qu’il trouve une orientation professionnelle. Quant à Muhamad ses papiers sont en règle et il a intégré l'école de boulangerie de Groisy tout en étant apprenti à la Boulangerie de Bonnatrait .
L'écolage de Muhamad a été pris en charge par une association "les enfants de Sylvie" mais nous devons fournir le matériel et le trousseau dont il a besoin pour l'internat. Nous devons aussi pourvoir à leur quotidien car Abdo n'a pas encore l'autorisation de travailler.
À eux deux ils disposent d'environ 700 euros mensuels. Nous devons les aider car ceci ne suffit pas pour vivre décemment.


Nous envisageons de nous lier à une association "Fraternité réfugiés Chablais" à Evian afin d'avoir une infrastructure associative officielle, ceci afin d'être plus nombreux dans notre démarche et de bénéficier de leur appui financier. L’association a été créée par la Paroisse Saint André en Gavot à Evian et nous envisageons aussi d'étendre notre action à d'autres personnes dans la même situation. Une démarche œcuménique comme on aimerait en voir plus souvent !


Si nous avions la chance de trouver un autre appartement nous pourrions envisager d’accueillir une famille car la Fédération d’Entraide Protestante cherche toujours des lieux d’accueil.
Une chance pour eux mais aussi une belle expérience d’accueil pour nous

Une date à retenir :

  • le 13 juillet au matin notre petite famille italo-Rwandaise-Burundaise c'est vue remettre les clefs de son appartement H.L.M. à Evian les Bains. "C'est comme un rêve" nous a dit le Papa ... 
  • les en 3 enfants sont inscrits dans les écoles de la ville, et vont sans doute pouvoir reprendre leurs activités sportives préféres à la rentrée ...
  • les parents  ont trouvé chacun un travail pérenne ... 
  • côté administratif et légal : tous les dossiers ont aboutis !
  • les voilà tous partis pour une nouvelle vie "à la française" ... Souhaitons leur bonne continuation ...

A cette occasion, nous pouvons vivement remercier toutes les personnes qui se sont mobilisées autour de cet accompagnement. Toutes les aides ont été fortement précieuses.

  • Le couple syrien poursuit ses démarches administratives d'intégration par les voies officielles de la République Française, et reste pour le moment en accueil familial chez une nièce. Nous continuerons à leur apporter notre soutien moral, et quelques conseils logistiques lorsqu'ils nous en font la demande.
  • Prochains rendez vous à la rentrée d'automne ... nous continuerons nos démarches auprès de la Sous Préfecture de Thonon les Bains pour l'accueil au moins d'un(e) nouveau réfugié ... demande soumise à l'obtention préalable d'un contrat de location d'un logement ... ce qui reste toujours la difficulté majeure ...

  S'informer aussi sur le "Blog" :  

http://refugies.chablais.74hts.com/  

Ou pour tous renseignements, mail de la paroisse : st-andre@diocese-annecy.

********************************************************************************************************************************************

L'essentiel sur les réfugiés avec Fatou Diome :

Réunion d'information pour tous :

le 13 mai 20h00 salle paroissiale à Evian les Bains, 7 rue de l'église

Une trentaine de personnes étaient présentes. 

Nous avons fait le point sur l'aide apportée aux deux familles que nous avons prises en charge 

  • la famille Burundo-Rwandaise s'installera dans l'été à Evian les Bains,
  • le couple syrien est enfin réuni, et accueilli chez des membres de leur famlle à Thonon les Bains.
  • les deux familles ont des parents proches en difficulté dans leurs pays respectifs ; nous essayons de leur venir en aide au mieux par le biais de conseillers et d'autres associations que nous connaissons.

Le réseau régional est pratiquement inexistant, mais nous contactons "en direct" toutes les organisations dont nous pouvons avoir besoin et l'accueil est souvent très chaleureux et participatif : nous "apprenons" tous ensemble..

L'important est de ne pas se démobiliser.

Nous savons que l'Etat d'Urgence déclenché après les attentas et l'approche de l'élection présidentielle ont bloqué toute arrivée des réfugiés que nous attendions. Le diocèse nous invite à ne pas se démobiliser et, en attendant, à venir en aide à d'autres "migrants" qui se trouvent en difficulté tout près de chez nous.

Nous devons nous aider les uns les autres à "repèrer" ces personnes pour pouvoir leur apporter de l'aide. Notre région touristique et frontalière attire du monde pas seulement pour admirer les lieux, des personnes travaillent et ont parfois du mal à se faire une place chez nous ...

Alors, restons tous connectés et nous pourrons encore faire de belles choses ensemble !


************************************************************************************************************************************

Les informations :

  •  * 13 novembre 2015 :
  • 50 personnes étaient présentent ce vendredi soir : nombreux paroissiens, deux élus locaux d'Evian, une représentante de l'Eglise Réformée de Thonon, des membres d'associations, un journaliste, ...
  • L'échange a été fructueux. Toutes les personnes ayant laissé leurs coordonnées seront tenues au courant de l'évolution du projet, et peuvent en parler autour d'elles. Créer du lien, des liens, sera le maitre mot pour mener à bien cette expérience.

 

           * 30 novembre 2015 : Une demande d'enregistrement d'association loi 1901 a été déposée ... La demande de "rescrit fiscal" (déduction sur les impôts sur le revenu) est en cours ... La recherche pour un appartement est lancée .

 
  •            * 07 décembre 2015   nous recevons le récépissé de Déclaration de Création de l'association "Fraternité Réfugiés Chablais. Sège social : Presbytère quai Baron de Blonay 74500 Evian les Bains

 

 

 * fin janvier 2016 : nous avons appris que les arrivées de migrants étaient "bloquées" pour la Hte Savoie ... mais dans le même temps nous avons été contacté par 2 familles (1 aec 3 enfants et un couple soixantenaire) déjà sur le territoire mais hébergées dans des familles qui ne pourront pas assurer la cohabitation sur la durée ...

 
 
  • * 11 février : nous avons éclairci les situations familiales et administratives de chacune des familles. Tout est en ordre. Les démarches pour les logements sociaux sont en cours, et même en bonne voie semble-t-il ... mais il y a urgence à soulager les familles d'accueil ! Nous avons reçu l'offre généreuse et gracieuse d'un studio qui sera alloué au couple ... mais la solution pour la famille avec enfant reste toujours à trouver à ce jour .
  •  
  • * mars : prêt "gracieux" d'un gîte à St Paul en Chablais ... notre petite famille prend ses marques, le transport scolaire sur Thonon les Bains s'organise grâce à plusieurs volontaires. Le papa se démène pour pouvoir rejoindre la famille : équivalence de diplômes, C.V. à mettre en ordre, recherche des entreprises qui pourraient être intéressées ...
  • Pour le couple syrien : madame a subi une intervention chirurgicale à l'hôpital de Thonon les Bains , tout c'est bien passé ... son mari continue ses démarches en Syrie via le Liban (embassades, demande de visa,OFPRA, ...) qui lui permettront d'arriver avec une situation administrative en règle ...
  •  
  • * avril : pour la petite famille italo-africaine, nous avons trouvé un gîte communal, le loyer est raisonnable mais cela ne pourra pas durer,  ... en attendant l'aboutissement des démarches de logement social ... c'est un peu dur tous ces déménagements successifs ! ...
  •  
  • * deuxième quinzaine d'avril : réponse positive des HLM Mont Blanc ... la famille va pouvoir s'installer à Evian les Bains probablement fin mai ou début juin.
  •  Cela est repoussé à l'été en raison de travaux important à faire dans l'appartement ... mais il est toujours réservé !
  •  
  • Pour le couple syrien : Monsieur est arrivé le 17 avril. Passage à Annecy et statut de réfugié en règle. Il leur reste à retrouver une vie commune plus paisible, et obtenir un logement indépendant. Pour le moment ils sont hébergés par la famille, mais c'est toujours délicat deux personnes de plus dans un appartement ...
 
 

NOUS INSISTONS SUR LE FAIT QUE CE SERA DANS LE RESEAU PERSONNEL DE NOS MEMBRES ET SYMPATHISANTS QUE NOUS POURRONS TROUVER le ou les APPARTEMENTS(*) DONT NOUS AVONS BESOIN, CONDITION PREALABLE DE TOUT ACCUEIL !

(*) le loyer et charges éventuels ne pourront être pris en charge que partiellement par l'association
 

Lien pour "fiche de renseignements" à nous retourner si vous avez des propositions à nous faire, ou si tout simplement vous voulez être informer de l'avancement du projet  :

diocese/service-de-la-diaconie-diocesaine/documents/fiche-renseignements.pdf

 

 

Documents à voir et à entendre :

 

Vidéo de la présentation du projet faite lors de la réunion d'information le 13 novembre :

 
L'abbé Pierre : "La voix des sans voix"
.
Un message qui reste d'actualité :
 

 

Mots-clés associés :