Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-André en Gavot-Léman Paroisse Saint-André en Gavot-Léman

35 ans déjà ...

L'association "La Passerelle" marque l'événement et vous propose de découvrir ses activités au service des plus démunis.

L’Association la Passerelle a (déjà) 35 ans.

A cette occasion nous vous invitons à marquer l’évènement :

Jeudi 3 novembre 2016 à 20 heures
Grand Hall – Espace Tully – 8 Avenue des Abattoirs à THONON-LES-BAINS

Projection du film Louise Wimmer suivie d’un débat avec des membres de l’Association.
Entrée libre.

Résumé : Après une séparation douloureuse, Louise Wimmer a laissé sa vie d’avant loin derrière elle. A la veille de ses cinquante ans, elle vit dans sa voiture et a pour but de trouver un appartement et de repartir de zéro.

Ce film en dit long sur la précarité d'aujourd'hui que Cyril Mennegun peint avec le détail juste, sans misérabilisme.(Télérama).

Vendredi 4 novembre 2016 dès 18 h 30
Salle des Fêtes à MARGENCEL

18 h 30 : 35 ans déjà ; retour sur ces années, état des lieux et perspectives.
20 h : pot de l’amitié.
20 h 45 : « Chœur du Brevon » Variétés françaises- Chants du Monde.
21 h 45 : « Gilles n’Co » Chansons françaises (Compositions).
Entrée libre.

Mardi 8 novembre 2016 de 11 heures 30 à 14 heures 30
Tour 8 – 10 Chemin de Morcy à THONON-LES-BAINS

Portes ouvertes à la Ressourcerie.

L’association la Passerelle est au service des plus démunis depuis 35 ans et cet anniversaire est pour nous l’occasion de dire ce que nous faisons.

Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS)

 La Passerelle

14 Chemin du Martinet, 74200 Thonon-les-Bains
Téléphone : 04 50 70 00 08
 

Les Centres d'Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) ont pour mission d'assurer l'accueil, le logement, l'accompagnement et l'insertion sociale des personnes ou familles connaissant de graves difficultés en vue de les aider à accéder ou à recouvrer leur autonomie personnelle et sociale. Il s'agit notamment de victimes de violence, de personnes confrontées à l'alcoolisme et aux toxicomanies ou de personnes sortants de prison.

C'est la loi 74-955 du 19 novembre 1974, (loi étendant l’aide sociale à de nouvelles catégories de bénéficiaires et modifiant diverses dispositions du Code de la famille et de l’aide sociale du Code du travail) qui créa les CHRS (dont l'intitulé de départ était « Centres d’hébergement et de réadaptation sociale »).

Il existe aujourd'hui différents types de CHRS  : en effet, certains sont des établissements spécialisés pour un type de public (femmes enceintes, personnes sortant de prison,…), d'autres sont des établissements de droit commun dit « tout public » (jeunes errants, grands exclus,…).

Les Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale sont pour la plupart gérés par des associations et organisations humanitaires, membres de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Croix-rouge française, Samu social, Armée du salut, Mouvement Emmaüs, Secours Catholique…). Les autres CHRS sont gérés par des collectivités publiques locales (le Centre Communal d'Action Social ou le Département).

Le financement du fonctionnement des CHRS est assuré par une dotation globale de l’Etat. Les personnes acquittent une participation financière à leur frais d’hébergement et d’entretien sur la base d’un barème réglementaire tenant compte notamment de leurs revenus.

Procédures d'admission

Il est possible d'être admis en Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) en s'y adressant directement ou en étant orienté par un travailleur social. Le CHRS constitue alors un dossier de demande d'admission, qu'il transmet au préfet. Sans réponse dans un délai de 1 mois, l’acceptation de l'Etat est implicite.

C'est le responsable du CHRS qui doit se prononcer sur la décision d’admission d’une personne (en fonction notamment des capacités du centre, de la catégorie de population qu’il est habilité à recevoir et des activités d’insertion proposées). Le décret 2001-576 du 3 juillet 2001 relatif aux conditions de fonctionnement et de financement des Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale énonçait notamment que « la décision de refus d’accueil, prononcée par le responsable du Centre d’hébergement et de réinsertion sociale, est notifiée à l’intéressé sous la forme la plus appropriée. Cette décision doit être expressément motivée ».

Services proposés

Les Centres d'Hébergement et de Réinsertion Sociale ont pour mission d'assurer :

- L'hébergement : cet hébergement va de l’asile de nuit pour les situations d’urgence (généralement en chambres d'hôtel) à la fourniture de logement de plus longue durée, et ceci aussi bien dans des structures collectives que dans des appartements individuels.
- Le soutien et l'accompagnement social : aide aux démarches, notamment pour l’établissement des droits sociaux, aide à la recherche d'un logement.
- L’adaptation à la vie active et l'insertion sociale et professionnelle (Les CHRS proposent notamment une aide à la recherche d'emploi).

Les CHRS peuvent également proposer :

- Domiciliation - boîte aux lettres.
- Un service restauration, blanchisserie.
- Des activités culturelles.
- Une action socio-éducative et une aide psychologique.

Enfin, les CHRS participent aux dispositifs suivants :

- «La veille sociale » en déclarant au responsable de ce dispositif (le représentant de l’Etat dans le département), le nombre et la nature des places vacantes dont il dispose.
- «Le plan d’urgence hivernal», en augmentant ses capacités d’accueil au titre de l’hébergement d’urgence.