Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Jacques Val des Usses Paroisse Saint-Jacques Val des Usses

Journée mondiale des pauvres-Collecte nationale secours catholique

« N’aimons pas en paroles, mais par des actes » : c’est le thème du message du Pape François, pour la première Journée mondiale des Pauvres, ce 19 novembre. Ce sera aussi le rendez-vous annuel pour la collecte nationale du Secours catholique. En ces temps de grande précarisation pour beaucoup, celui-ci a besoin des dons de tous pour remplir sa mission d’aide et d’accompagnement des plus démunis.

Cette journée a été instituée par le Pape lui-même, au terme du Jubilé de la Miséricorde, «pour que les communautés chrétiennes deviennent toujours davantage signe concret de la charité pour les derniers et ceux qui sont le plus dans le besoin». Dans ce message dense et percutant, François exhorte avec force l’Eglise à entendre le cri des pauvres, à créer les conditions d’une rencontre «authentique» avec eux et d’un partage qui devienne «style de vie»

La pauvreté nous interpelle tous les jours par ses multiples visages constate le Pape. Visages marqués par la douleur, la violence, les tortures, l’urgence sanitaire, le manque de travail, la traite, la guerre, l’exil, les migrations forcées… «Une liste impitoyable et jamais complète» qui rend compte d’une situation intenable : celle de populations victimes d’injustice sociale et de logiques perverses dominées par l’argent. En face, la «richesse insolente qui s’accumule dans les mains de quelques privilégiés». Et pour parachever ce tableau sombre, l’indifférence généralisée qui permet à la pauvreté d’inhiber, d’anesthésier, d’empoisonner. Impossible pour le chrétien de «rester inerte ou résigné», de se contenter de «paroles vides». Car l’amour parle par des actes concrets.

Et c’est là le but de cette journée. Le Pape invite tous les hommes et femmes de bonne volonté, chrétiens et d’autres confessions, à avoir le «regard fixé sur les pauvres», à leur tendre la main, à rester avec eux, à s’ouvrir au partage. Les pauvres sont nos frères. «Dieu a créé le ciel et la terre pour tous, ce sont les hommes, malheureusement, qui ont créé les frontières, les murs et les clôtures», déplore le Pape avec vigueur…

François préconise donc des gestes simples mais significatifs pour cette journée : par exemple, inviter les pauvres à participer à l’Eucharistie, ou les accueillir à notre table. Ils «pourront ainsi devenir nos maîtres qui nous aident à vivre notre foi de manière plus cohérente». «Bénies les mains qui s’ouvrent pour accueillir les pauvres et pour les secourir : ce sont des mains qui apportent l’espérance».

Et à l’occasion de cette journée mondiale des pauvres, le dimanche 19 novembre, le Pape François célébrera une messe en la Basilique St Pierre. Il partagera ensuite son repas avec plus de 500 pauvres dans la salle Paul VI.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

La journée nationale du Secours Catholique – Caritas France a lieu cette année le 19 novembre, c’est-à-dire à l’occasion de la Journée mondiale des Pauvres, que le pape François vient d’instituer. En lien avec les communautés chrétiennes, les membres du Secours Catholique travaillent aux œuvres de Miséricorde que Dieu suscite pour que tous puissent vivre dignement. Ce sont souvent des pauvres qui nous font découvrir le coeur miséricordieux du Père. Marqués par les épreuves, ils savent que Dieu leur a fait miséricorde. Cette Journée mondiale des Pauvres peut être l’occasion de donner aux personnes en précarité toute leur place et une vraie parole dans nos communautés, en vue d’une « Eglise pauvre pour les pauvres ».
Le troisième dimanche de novembre est le rendez-vous annuel pour la collecte nationale du Secours catholique. En ces temps de grande précarisation pour beaucoup, celui-ci a besoin des dons de tous pour remplir sa mission d’aide et d’accompagnement des plus démunis. En tant que service d’Eglise, par son savoir-faire, reconnu par les pouvoirs publics, le Secours catholique veut y contribuer. Mais comme baptisé, tout membre de notre Eglise ne doit-il pas se sentir « secours catholique » ?

 

Merci d’avance pour votre générosité !


+ Jacques Blaquart
Evêque d’Orléans
Président du Conseil pour la Solidarité