Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Pierre-Favre Paroisse Saint-Pierre-Favre

Prier - méditer

L'AVENT : Vibrer aux notes paisibles de l'Espérance

Les textes que nous vous proposons sont une invitation soit à la méditation, à la prière ou à la réflexion.

LOUANGES À MARIE

Lorsque vous assaillent les vents des tentations,

lorsque vous voyez paraître les écueils du malheur,

regardez l’étoile, invoquez Marie.

Si vous êtes ballotés sur les vagues de l’orgueil,

de l’ambition, de la calomnie, de la jalousie,

regardez l’étoile, invoquez Marie.

Si la colère, l’avarice, les séductions charnelles

viennent secouer la légère embarcation de votre âme,                           

levez les yeux vers Marie…

Dans le péril, l’angoisse, le doute,

pensez à Marie, invoquez Marie.

Que son nom ne quitte ni vos lèvres, ni vos cœurs !

Et pour obtenir son intercession,

ne vous détournez pas de son exemple.

En la suivant, vous ne vous égarerez pas.

En la suppliant, vous ne connaîtrez pas le désespoir.

En pensant à elle, vous éviterez toute erreur.

Si elle vous soutient, vous ne sombrerez pas ;

si elle vous protège, vous n’aurez rien à craindre ;

sous sa conduite vous ignorerez la fatigue ;

grâce à sa faveur, vous atteindrez le but.

 

Saint Bernard (1090-1153)

Deuxième homélie, Louanges à Marie

A LA TOUSSAINT

À la Toussaint,
le voyant admire les myriades de Bienheureux.  

Annoncez la Bonne Nouvelle :
« Un Sauveur vous est donné ».

Annoncez encore l’Heureuse Nouvelle :
des myriades s’en sont allées à sa suite
et par lui sont maintenant dans la gloire du Père.                                                                                     

Criez de joie car vous aussi
vous êtes appelés, sanctifiés, sauvés.
Déjà en vos cœurs brille le salut.
Le chemin, vous le savez ;
« J’ai eu faim, dira Jésus,
vous m’avez nourri.
J’ai eu soif,
vous m’avez abreuvé ».
Ce ne sont pas choses extraordinaires
que seuls réussissent les héros.
C’est à votre portée ;
à la portée de tous.

Annoncez la Bonne Nouvelle,
criez que le chemin est tracé,
criez…
Que tous s’y engagent.
Ainsi, dans la gloire du Père
d’autres myriades, un jour
chanteront avec vous
l’hosanna des Saints et des Anges.

Guy Lamousse

 

Saints humbles

 

En ce mois de novembre, prions pour les saint, connus et inconnus, qui ont tous, à leur manière, prié et travaillé à la paix.

 

« Ils ne font rien de particulier ou d’extraordinaire

pour attirer les regards.

Il faut être attentifs pour les découvrir.

Quand ils sont là, il y a du respect dans l’air

et de la tolérance et de l’amour

et une autre tournure des esprits et des cœurs…

Une autre lumière.

Une joie et une espérance qui viennent de l’Evangile.

Ils ne se cachent pas.

Ils n’ont pas honte

mais ils sont discrets

car ils savent que les grandes moissons germent dans l’obscurité de la terre

et que les grandes récoltes se préparent dans les profondeurs.

Ils sont présents, discrets et humbles, comme le levain.

Ils font bouger le monde. Ils existent.

Il suffit d’être attentifs et on les voit, nombreux,

dans les lieux de chaque jour.

D’ailleurs, au milieu de la foule indifférente,

Tu es peut-être de ceux-là ?… »

                                                                        Charles Singer

La Paix un état à cultiver

Je n’ai plus peur de rien

La guerre la plus dure, c’est la guerre contre soi-même.

Il faut arriver à se désarmer.

J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.

Mais je suis désarmé.

Je n’ai plus peur de rien, car l’amour chasse la peur

Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison, de me justifier en disqualifiant les autres.

Je ne suis plus sur mes gardes. Jalousement crispé sur mes richesses.

J’accueille et je partage. Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets.

Si l’on m’en présente de meilleurs, ou plutôt non, pas meilleurs, mais bons, j’accepte sans regrets. J’ai renoncé au comparatif.

Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.

C’est pourquoi je n’ai plus peur. Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur.

Si l’on se désarme, si l’on se dépossède, si l’on s’ouvre au Dieu-Homme qui fait toutes les choses nouvelles, alors, Lui, efface le mauvais passé et nous rend un temps neuf où tout est possible.

                                                                                        ATHÉNAGORAS 1er    

                                                                                   Patriarche de Constantinople

                                                                                             1886-1972

L'AVENT : vibrer aux notes paisibles de l'Espérance

Seigneur, nous ne savons pas quand éclatera la symphonie de ton retour. 
Mais nous voulons prendre place dans le grand orchestre du Royaume.Fatigués et distraits il nous arrive d'être sourds aux notes paisibles de l'Espérance.Ambitieux et inquiets, nous ne savons plus vibrerau rythme bienveillant de la charité...

En cette période de l'Avent, apprends-nous le chant qui guérira nos cœurs. Prépare-nous à ta venue,dépouillée et fragile, au creux d'une mangeoire. Que la mélodie de la confiance coule en nous comme un ruisseau et que se lèvent dans notre monde des accords de justice et de paix.

Puissions-nous annoncer, par toute notre vie, la grande harmonie d'un matin nouveau !


(de Pierre CHARLAND)

CE MATIN

Ce matin, il faut au monde un bouquet d'espoir ! 
La clarté l'emporte sur la nuit !

Ce matin, il faut offrir au monde le bouquet épanoui des gestes d'amitié,des portes ouvertes, des égoïsmes vaincus, des attitudes de partage, de tout ce qui déjà en germe, encore à naître, et des graines d'Evangile déjà en fleurs...

Ce matin, en ces jours, il faut offrir au monde  les fruits d'un Eglise vivante, sortie du tombeau de toutes scléroses, ouverte au printemps de la vie. Ce matin, en ces jours, il faut offrir au monde  la bonne nouvelle d'un peuple distribuant la vie à la suite du Ressuscité !

Prière pour l'Epiphanie 

De tous les temps, Seigneur, des hommes et des femmes  de toutes races et de tous pays n'ont cessé de

parcourir des routes semées d'embûches pour te chercher. 
Et toi, Seigneur, sur leur chemin tu leur as fait cadeau d'un signe : cette étoile lumineuse pour ceux qui savent regarder et avancer.

De tous temps, Seigneur, petits et grands de toutes sociétés n'ont cessé de se rassembler pour te prier et pour découvrir ton visage.

 Et toi, Seigneur, sur leur chemin tu leur as fait cadeau d'un signe : cet enfant dans la crèche pour ceux qui savent trouver et reconnaître.

De tous temps, Seigneur, des hommes et des femmes, croyants et incroyants, n'ont cessé de se rencontrer pour semer l'unité à travers le monde.

Et toi, Seigneur, sur leur chemin tu leur as fait cadeau d'un signe : cet Evangile, cette Bonne Nouvelle pour ceux qui veulent comprendre, aimer et inventer une terre de bonheur.                                                         

(Extrait de "Les enfants se mettent en chemin vers Noël")

Prière de Noël (de Marthe Robin) 

Noël ! Noël !                                                                                   

C'est Jésus Rédempteur !

Que pouvons-nous contempler de plus beau !

Que pouvons-nous admirer de plus sublime ?

Que pouvons-nous adorer de plus merveilleux

que la naissance du Fils de Dieu,

Jésus venu apporter et allumer le feu

(son Feu) sur la terre.

Quand une étincelle de cet amour                                               

a jailli dans un cœur,

il incendie l'âme du désir de connaître et

d'aimer ce Dieu, toujours plus...

de l'aimer sans partage,

comme il veut qu''on l'aime.

Dieu s'abaissant jusqu'à la créature                                      

pour lui permettre d'aller jusqu'à lui...

 

 Prière pour le temps de l'Avent

 

Il y a des paroles qui annoncent une heureuse nouvelle, et chantent la musique de sa présence car elles répandent sur la terre humaine la bienveillance et le pardon. 

Il y a des gestes qui annoncent l'heureuse nouvelle et montrent sa lumière et sa présence car ils construisent la terre humaine sur la justice et la paix. 

Il y a des actes qui annoncent l'heureuse nouvelle et montrent sa lumière et sa présence car ils fondent la terre humaine sur le droit et la tendresse. 

Il y a des temps où les chrétiens se rassemblent pour annoncer l'heureuse nouvelle en célébrant Dieu définitivement lié à la terre humaine. 

L'Avent ? Je me lève afin que la Bonne Nouvelle transite par mes paroles et par mes actes. 

auteur inconnu

 

Gardez-moi un cœur d'enfant   

Sainte Marie, Mère de Dieu,

gardez-moi un cœur d'enfant,

pur et transparent comme une source ;

obtenez-moi un cœur simple,

qui ne savoure pas les tristesses ;

un cœur magnifique à se donne

tendre à la compassion ;                                                                                          

un cœur fidèle et généreux,

qui n'oublie aucun bien

et ne tienne rancune d'aucun mal.

Faites-moi un cœur doux et humble,

aimant sans demander de retour,

joyeux de s'effacer dans un autre cœur

devant votre divin Fils ; 

un cœur grand et indomptable

qu'aucune ingratitude ne ferme,

qu'aucune indifférence ne lasse ;

un cœur tourmenté de la gloire

de Jésus-Christ, blessé de son amouret dont la plaie ne guérisse qu'au ciel.

(Père Léonce de Grandmaison)

La Parabole des nombrils

Ça me tracasse beaucoup, dit Dieu, cette manie qu'ils ont de se regarder le nombril au lieu de regarder les autres. 

J'ai fait les nombrils sans trop y penser, dit Dieu, comme un tisserand qui arrive à la dernière maille et  qui fait un noeud, comme ça, pour que ça tienne, à un endroit qui ne paraît pas trop ... J'étais trop content d'avoir fini.

L'important pour moi, c'était que ça tienne ...

Et d'habitude ils tiennent bons, mes nombrils, dit Dieu, mais ce que je n'avais pas prévu, ce qui n'est pas loin d'être un mystère même pour moi, dit Dieu, c'est importance qu'ils accordent à ce dernier petit noeud, intime et bien caché.

Oui, de toute ma création, dit Dieu, ce qui m'étonne le plus et que je n'avais pas prévu, c'est tout le temps qu'il mettent, dès que ça va un peu mal, à la moindre contrariété, tout le temps qu'ils mettent à se regarder le nombril, au lieu de regarder les autres, au lieu de voir les problèmes des autres.

Vous comprenez, dit Dieu, j'hésite, je me suis peut-être trompé.

Mais si c'était à recommencer, si je pouvais faire un rappel général, comme les grands compagnies de voitures, si ce n'était pas trop de tout recommencer, dit Dieu, je le leur placerais en plein milieu du front.

Comme cela, dit Dieu, au moins ils seraient bien obligés de regarder le nombril des autres.

Extrait de la Revue "Eglise de Luçon"

 

Le feu

 

tornado-17092012-jpg_111633.jpgTu es venu apporter le feu sur la terre.

Même si ce feu dévore notre tiédeur,
Comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !
Tu es venu apporter la vérité sur la terre.
Même si cette vérité déchaine nos passions,
Comme je la voudrais voir au grand jour !
Tu es venu apporter le pardon sur la terre.
Même s’il fait violence à nos cœurs étroits,
Comme je voudrais le voir nous transfigurer !
Tu es venu faire un Royaume de notre terre.
Même si je suis le plus indigne de tes serviteurs,

Comme je voudrais y être invité !

Eric JULIEN

Avons-nous donné des fleurs ?

 

Avons-nous vécu, Seigneur, cette journée selon Toi ?rosier.jpg
Avons-nous été patients, humbles, aimants ?
Avons-nous été attentifs à tous ceux qui venaient ?
Avons-nous répondu à l’espoir de ceux qui demandaient ?
Avons-nous embrassé ceux qui pleuraient ?
Avons-nous souri de tendresse jusqu’à ce qu’ils sourient à leur tour ?
Avons-nous donné des fleurs avant le pain ?
Avons-nous fait éclater Ta joie ?

Avons-nous été des frères pour nos frères ?
Si nous n’avons pas fait tout cela, pardonne-nous.
Et même si nous l’avons fait, ce n’était pas assez.

Aussi nous te prions :
Embrasse-nous d’amour chaque jour davantage.

Frères des Pauvres

Esprit Saint,

pousse dans mes voiles... Esprit du Seigneur, 

 Viens me donner ton souffle de 

 Car en moi, tout est triste, tout est mort.

Il m'arrive des fois de manquer de souffle,

Je ne sais pas avancer, où aller, 

Je ne sais pas quoi faire, 

Je ne sais pas prier.

Viens souffler dans les voiles de ma vie,

Surtout, donne-moi un cœur  

qui déborde de courage et d'audace.                                                      

Donne-moi un coeur capable d'aime 

Donne moi l'intelligence pour te comprendre.

Aujourd'hui, j'ai perdu ma foi d'enfant. 

Tout me paraît mêlé, compliqué, difficile. 

Donne-moi l'intelligence de ta Parole.

Viens enlever mes doutes,

Tout ce qui me cache ton visage si beau. 

 Donne-moi la force de m'engager dans mon propre milieu

 il y a tellement de souffrances, de blessés.

Donne-moi ta paix et ta joie

Pour que ma vie se déroule en beauté et en bonté. 

Je ne te demande pas d'agir à ma place,

J'ai surtout besoin d'un visage qui m'entraîne.

J'aimerais entendre moi aussi, cette parole qui a remué les apôtres :

"Ne crains pas... Je suis là"

Esprit-Saint, Source de Dieu, pousse mes voiles. Amen !

(Auteur inconnu) 

   Entrer en Carême                          

Entrer en Carême

C'est ouvrir sa porte                                                                                           
et réapprendre à bouger,se déplacer, à vivre.
C'est refuser de rester figé sur ses positions,
ses dogmes ou ces certitudes absolues.

Entrer en Carême

C'est aussi changer de cap.
Mettre le cap sur Dieu en se laissant déranger par les coutumes des autres,  leurs idées, leurs habitudes, leurs langues,
se laisser surprendre par la musique de l'autre
qui dit un autre rythme, un autre temps,
une autre chanson.

Entrer en Carême,

C'est aussi se mettre à l'écoute de la Parole, celle qui, au mileu des bavardages,
nous touche au coeur et nous arrache
non une larme, un billet de banque, un chèque,
mais un geste de pardon, d'amour ou de paix.

Entrer en Carême, 

C'est se mettre à l'écoute de la réussite de Dieu, celle qui accepte la blessure celle qui ne profite pas de l'échec du faible, celle qui n'exploite pas la naïveté ou la sueur du faible.

Entrer en Carême,

C'est se mettre à l'écoute de l'Amour de Dieu ;     pas un amour maquignon qui ne tient compte que du tour de taille, de la beauté des yeux ou du regard, un Amour qui vous apprend à lire autrement, à parler, à partager, à se rencontrer autrement.      

Prière du skieur

 Sur nos skis, Seigneur, nous te bénissons.

Quand nous contemplons la splendeur des montagnes

et les glaciers étincelants de neige

 Sur nos skis Seigneur nous te bénissons.

 Quand nous skions, emplis de joie,

dans la poudreuse aux blancheurs éclatantes,

Sur nos skis, Seigneur, nous te bénissons.

quand par la froidure bleutée de l'aube, 

nous traçons les pentes enneigées.

Sur nos skis, Seigneur, nous te bénissons

Seigneur, protège tes amis skieurs et guide-les

tous, à travers pistes et champs de neige

jusqu'au sommet de ton amour,

dans la louange et l'adoration

( Chanoine Louis-Ernest Fellay, ancien curé de Verbier )

  Prier dans l’instant
 

                      QUAND JE N’AI PAS DE TEMPS
Seigneur, cette semaine, je bâcle ma prière.

Tout en assurant un service minimum, le cœur et la tête ne sont pas
vraiment là, absorbés par les multiples urgences d’une journée
qui semble bourrée à craquer.

Je me dis que tu ne m’en veux pas et que tu dois être heureux de me voir
me dépenser pour mes proches et pour des projets qui me dynamisent

Et en même temps, me revient cette parole que tu as adressée à Marthe,
Après l’avoir appelée deux fois par son prénom : « tu t’inquiètes et
t’agites pour bien des choses »
Dans cette montagne d’occupations, les quelles sont vraiment
nécessaires?

 

La pression que je mets est-elle justifiée ?

N’altère-t-elle pas la qualité de mes relations
avec mes prochains ? Est-que je choisis
vraiment la meilleure part ?
Seigneur, chaque fois que je fais l’expériencele retour du fils prodigue de bartolome esteban murillo.jpg
de ta présence dans la prière, j’en ressors
pacifié, heureux, le cœur dilaté.
Mais comme il est difficile de persévérer !
Insensiblement, l’urgent grignote progressivement
L’essentiel et m’éloigne de toi.
Je suis comme le fils prodigue, qui comprenant
Qu’il s’est égaré, revient régulièrement
Me jeter dans tes bras.
Accueille-moi dans ton amour et donne-moi de demeurer en ta maison.

   Charles MERCIER

le retour du fils prodigue de Bartolome Esteban Murillo
 

Vis le jour d’aujourd’hui,
Dieu te le donne,
Il est à toi,
Vis-le en Lui.

Le jour de demain est à Dieu,

Il ne t’appartient pas.
Ne reporte pas sur demain
Le souci d’aujourd’hui.
Demain est à Dieu, remets-le Lui.

Le moment présent est une frêle passerelle.
Si tu la charges des regrets d’hier,

De l’inquiétude de demain,
La passerelle cède,
Et tu perds pied.

Le passé ? Dieu le pardonne.
L’avenir ? Dieu le donne.
Vis le jour d’aujourd’hui
En communion avec Lui.

Bernadette COUPEY

Je vous offre

Mon Dieu, je vous offre cette année qui commence.

Faites, dans votre bonté, qu'elle ne soit qu'une longue ascension vers vous, que chaque jour me trouve plus riche de foi et d'amour.

Mon Dieu, je vous offre tous ceux que j'aime, et pour lesquels tremble mon coeur fragile.  Ne permettez pas que je leur fasse défaut, mais plutôt que je sois pour eux le canal invisible de votre grâce. 

Mon Dieu, je vous offre aussi l'immense douleur de ce monde, les souffrances des enfants innocents, et ce poids qui pèse si lourdement sur tous. 

Mon Dieu, qu'une étincelle de votre charité éclate en nos ténèbres et que l'aube de la paix se lève en cette année.

Prière de Madeleine Daniélou

 Mon meilleur ami 

C’est l’histoire de deux amis qui marchaient dans le désert ; un moment, ils se disputèrent et l’un des deux donna une gifle à l’autre. Ce dernier écrivit dans le sable : "Aujourd’hui, mon meilleur ami m’a donné une gifle".

Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent une oasis dans laquelle ils décidèrent de se baigner. Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva. Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre : "Aujourd’hui, mon meilleur ami m’a sauvé la vie ".

Celui qui avait donné la gifle et sauvé son ami lui demanda : "Quand je t’ai blessé, tu as écrit sur le sable et maintenant, tu écris sur la pierre. Pourquoi ?"
L’autre répondit : "Quand quelqu’un nous blesse, nous devons écrire dans le sable où les vents du pardon peuvent effacer. Mais quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre où aucun vent ne pourra jamais l’effacer".

Apprends à écrire tes blessures dans le sable
et à graver tes joies dans la pierre.

 Un nouvel art d'aimer

Un autre aspect de l’art d’aimer, sans doute le plus exigeant, car il met à l’épreuve l’authenticité et la pureté de l’amour, demande que nous aimions les premiers, c’est-à-dire que nous prenions l‘initiative d’aimer, sans attendre que l’autre fasse le premier pas. Une telle façon d’aimer nous expose personnellement.
Pourtant, si nous désirons aimer à l’image de Dieu  et faire grandir la capacité d’amour que Dieu a mise en nos cœurs, il nous faut agir comme lui.
Il n’a pas attendu d’être aimé par nous et nous a montré de mille manières qu’il nous aime le premier, quelle que soit notre réponse.
Extrait de Un nouvel art d’aimer (Nouvelle Cité, 2006),
de Chiara Lubitch (1920-2008), fondatrice des Focolari

 

 

D'autres textes à consulter (ci-dessous)

Offres d'emplois pour bénévoles convaincus !

Bonjour, bonsoir, bonne nuit !

La légende de l'âne et du puits 

Les quatres bougies 

Je suis debout au bord de la plage