Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Pierre-Favre Paroisse Saint-Pierre-Favre

Rencontre avec nos prêtres burkinabés

Lors d'une conviviale rencontre avec les prêtres burkinabés venus en renfort cet été dans nos communautés du haut de la vallée, nous avons pu échanger sur nos différentes pratiques religieuses

Leur présentation : le père Jean-Raphaël Somda fait partie du diocèse de Diebougou. Il est responsable d'une paroisse qui regroupe plusieurs communautés de base. Il est venu plusieurs fois en France, à Nice, diocèse en lien avec le sien. Il est envoyé par son diocèse. Ce sont ses vacances (3 mois tous les 4 ans).

Le père Jean-Louis Tindano fait partie du diocèse de Fada N'Gourma. Il enseigne dans un séminaire. Ce sont aussi ses vacances. Il est venu par l'intermédiaire d'un prêtre burkinabé, connaissance du père André Arnet. Il est venu plus souvent en France, à Paris pour les JMJ, en Bretagne..., son diocèse est en lien avec Carcassone.

Leur ressenti sur nos communautés : ils nous livrent un point positif : l'engagement des laïcs dans les responsabilités de la paroisse, alors que dans leur pays, ce sont les prêtres, aidés de "catéchistes responsables", avec toujours le prêtre au-dessus, qui gèrent les célébrations, le secrétariat, la comptabilité, etc.., ce qui leur donne beaucoup de travail. A l'inverse de nous, il y a beaucoup de chrétiens pratiquants, beaucoup de jeunes, d'enfants, de familles, et bien qu'il y ait davatange de prêtres, en fonction de la tâche qui leur incombe, et en rapport au nombre de chrétiens, ils ne sont pas assez nombreux.

Par contre, ils déplorent de voir, dans nos communautés, peu ou pas de jeunes, d'enfants fréquentant l'Eglise et nous disent en être même "choqués". Ils ont aussi une façon différente de célébrer, et s'en tiennent scrupuleuseement aux textes du Vatican. Néanmoins, ils disent ne pas faire de jugements de valeur et s'adapter à notre manière de vivre notre liturgie. Ils observent chez eux aussi un changement de la société, avec beaucoup de questionnements de la part des chrétiens, sur la foi, la religion.

Nous aurions pu prolonger la soirée, tant le dialogue était intéressant et fructueux, mais il fallait y mettre un terme. C'est un grand merci que nous leur avons transmis au nom de nos communautés pour leur disponibilité et leur écoute.

                                                                                                                                                       L'équipe de La Clusaz