Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-François d'Assise en vallée d'Arve Paroisse Saint-François d'Assise en vallée d'Arve

Paroisse St François d'Assise

Quelques uns des trésors du patrimoine religieux sur la paroisse Saint-François d'Assise.

Cordon : église Notre-Dame de l'Assomption

L’église Notre-Dame de l’Assomption a été érigée de 1781 à 1787. Sa silhouette, équilibrée et vigoureuse est affinée, par un clocher à bulbe à Lanternon ajouré de baies jumelles reposant sur des colonnettes médianes. Le dernier incendie de clocher en 1973 fut important et nécessita l’intervention des "Monuments Historiques" qui classèrent l’édifice en 1974 et financèrent la reconstruction.

Ce clocher a été recouvert d’acier "patiné" (peint à chaud ) afin d’imiter au mieux la rouille d’un fer-blanc de 1816. L’extérieur, très sobre, ne laisse rien présumer de la superbe décoration baroque à l'intérieur. L'église est classée en Mars 2004 ; de 2009 à 2011 est entrepris de gros travaux de restauration de l'église...

www.eglise-cordon.fr

 

 

 

Sallanches : collégiale Saint-Jacques-le-Majeur

Visites, par une guide du patrimoine tous les 1/4 d'heure de 17h à 19h, tous les mercredis de l'été.

La collégiale Saint-Jacques-le-Majeur est une église située à Sallanches, À l'intérieur, des peintures en trompe-l'œil du piémontais Casimir Vicario, puis terminées par ses élèves à la suite de son décès en 1847. Celui-ci est intervenu dans les cathédrales Saint-Pierre de Moûtiers et Saint-François-de-Sales de Chambéry, ainsi qu'au château des ducs de Savoie. Son travail est poursuivis par les peintres Giacobini et J.B Ferraris2. L'ancienne église est élevée au rang de collégiale par le pape Clément VII, le 2 décembre 13893. Dédiée à saint Jacques, elle obtient une reliques(une côte) du saint. L'édifice actuel date du xviie siècle. En effet, le 20 novembre 1669, un incendie affecte Sallanches et ses maisons ; il détruit l'église, et celle-ci sera rebâtie en 16885. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 19861. Le trésor est présenté dans une superbe armoire en noyer du 17ème siècle.Il se compose surtout de pièces d'orfèvrerie du 15ème au 18ème siècle provenant pour la plupart de dons de nobles paroissiens, de révérends chanoines de la Collégiale ou de Sallanchards enrichis au cours de leur émigration. 
Les trois pièces les plus remarquables du trésor sont : le grand ostensoir d'argent doré fabriqué en 1688 à Munich, le reliquaire-monstrance de Saint-Jacques du 15ème siècle dans lequel est conservée une sainte relique, le petit ostensoir-soleil en argent daté de 1750 offert par François Biolley, originaire de la paroisse et fixé comme négociant à Augsbourg en Bavière.

Passy : église Notre-Dame-de-Toute-Grâce 

Photo : Notre-Dame-de-Toute-Grâce, Maurice Novarina architecte, photo. F. Eiberlé

Erigée entre 1937 et 1946 à l'initiative du chanoine Jean Dévemy, face à la chaîne du Mont-Blanc, l'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce est un véritable manifeste de l’art du XXe siècle.

L'église doit en effet sa célébrité aux artistes qui l'ont décorée : Rouault pour les vitraux, Bonnard et Kijno pour les peintures, Matisse et Chagall pour les céramiques, Lurçat pour la tapisserie, Braque, Richier, Lipchitz et Mary pour les sculptures, Léger et Strawinsky pour les mosaïques… et d’autres encore, tous choisis pour leurs qualités artistiques et non pour leur croyance religieuse.

Cette participation, à l'époque de la consécration de l’église, en 1950, a suscité de vives polémiques au sein du clergé, plus habitué à l'art académique ou à l’art « Saint-sulpicien ».

Née d’une étroite collaboration entre le chanoine Jean Devémy, le père dominicain Marie-Alain Couturier, l’architecte Maurice Novarina et les artistes, cette église est une ode à l’art moderne au service de la foi.

Edifice-clé du renouveau de l’art sacré au XXe siècle, elle est classée au titre des monuments historiques depuis 2004, le plus haut niveau de protection. Elle a de facto reçu le label « Patrimoine du XXe siècle ».

Une brochure : Notre-Dame-de-Toute-Grâce  Église du Plateau d’Assy, Haute-Savoie

44 pages 21 x 21 cm, 41 illustrations couleur, Éditions Alpes 74  -  12 €uros

►En vente sur place.

Église Notre Dame de Toute Grâce - Place de l'élise - 74190 Passy. Ouvert toute l’année de 9h à 12h et de 14h à 18h. Pas de visites lors des messes. Office de Tourisme de Passy : 04 50 58 80 52 - www.passy-mont-blanc.com 
Paroisse Saint-François d'Assise - www.diocese-annecy.fr/st-francois-dassise

Le FAYET - Notre Dame des Alpes

C'est d'abord au Fayet que Maurice Novarina est sollicité comme architecte. 

Maurice Novarina décide d'intégrer l'église dans le milieu montagnard savoyard par les formes : toits bas comme les chalets, clocher ressemblant a une cheminée et renfermant trois cloches, portail enfoncé dans la façade. Il choisit, comme à Vongy et au plateau d'Assy, des matériaux du pays : granite et pierres de la région pour les murs, chêne pour la charpente et la voûte, ardoises pour le toit.

L'essentiel de la décoration est l'œuvre du groupe suisse romand de Saint-Luc.

Les vitraux sont de Paul Bony et d'Alexandre Cingria. Les maîtres-verriers Jean Hebert-Stevens et Jean Gaudin des ateliers Gaudin de Paris en ont tiré des ensembles de vitraux faits de morceaux de verre joints au ciment ce qui est novateur pour l'époque de leurs construction. Ces vitraux illustrent la vie de la Vierge Marie (l'Annonciation, le Mariage, la Nativité, l'Adoration des Mages) et des épisodes de la vie de Jésus (scène lorsqu'il retrouve ses parents, le Calvaire, la Pentecôte, l'Assomption).

Les fresques du chœur ont été réalisées par Paul Monnier. L'arc représente saint Guérin à gauche et saint Bernard de Menthon à droite. La fresque du chœur située au fond de l'église derrière l'autel est réalisée à la cire d'abeille et représente l'Assomption de Notre-Dame des Alpes qui protège les principaux saints de Savoie. Nous pouvons y voir de gauche à droite : François Jaccard, Boniface de Cantorbéry, Marguerite de Valois, Jean d'Espagne, Humbert de Savoie, saint François de Sales, Jeanne de Chantal, Anthelme de Chignin, Louise de Savoie, le père Favre, Amédée de Savoie, Jeanne-Antide Thouret. Le tout est éclairé par un puits de lumière venant de la voute de l'église.

Les sculptures extérieures sur la façade de l'église sont de François Baud.

Les sculptures intérieures sur bois sont de Jean Constant Demaison sur les deux ambons et le chemin de croix. En 1988 les sculpteurs Cerrutti, Chamosset et Darbouret ont réalisé chacun l'une des figures de la Trinité.

L'autel du chœur est en jaspe.

La Route des chapelles - Sallanches

Visite de dix chapelles rurales, anciennes, nichées sur les coteaux de Sallanches et ouvertes pour la circonstance. Découvrez 10 jolies chapelles nichées au cœur des villages sur les coteaux de Sallanches et ouvertes pour la circonstance. Avec votre guide, découvrez leur histoire, leur architecture, leur langage religieux et artistique. Vous saurez tout sur le pourquoi du choix par les habitants de l'époque, des saintes patronnes et des saints patrons du lieu (Saints guérisseurs ou Saints météorologues). Statues, retables, habits liturgiques anciens, objets du culte n'auront plus de secret pour vous. Tout au long du périple à travers la campagne, vous découvrirez aussi d'anciennes fermes, des maisons fleuries, de vieux greniers à grains sans oublier les fours à pain, le tout émaillé d'anecdotes sur la vie d'autrefois à la montagne. CHAPELLES VISITEES : L'Immaculée, Sainte-Anne, La Pierre, Les Houches, La Provence, Le Crêt, Blancheville, Les Vorziers, Luzier, Les Câches.

Visite du Patrimoine - la Route des chapelles - Place St Jacques - 74700 Sallanches
Office de Tourisme de Sallanches : 04 50 58 04 25 - www.sallanches.com 
Paroisse Saint-François d'Assise - www.diocese-anency.fr/st-francois-dassise

 

Chapelle Notre-Dame de la Paix du Monde, alpage de Doran

La chapelle de Doran "Notre-Dame de la Paix du Monde" fut édifiée par les scouts entre 1951 et 1956 à 1600 m d'altitude pour les bergers qui vivent là-haut tout l'été et n'avaient pas de lieux où se recueillir.Elle est située à l'entrée d'un cirque naturel que constitue l'alpage, encadré par la barrière des Saix à gauche, la Pointe d'Areu (2478 m) à droite et la Pointe Percée (2750 m), plus haut sommet des Aravis, au centre.

À cette altitude, on rencontre le calme total d'une nature montagnarde préservée. La flore y est riche et variée. Les chalets d'alpage ainsi que le refuge, blottis les uns contre les autres, donnent une impression de sérénité propice à l'évasion, au repos et à la contemplation.