Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Sainte-Jeanne de Chantal Paroisse Sainte-Jeanne de Chantal

24H pour le Seigneur (année 2016)

Dans le cadre des 24h avec le Seigneur, la paroisse vous invite à la messe de 10h30 à Notre Dame de Liesse, suivi d’un Pique-nique pour tous et à monter à la Basilique de la Visitation pour franchir la Porte de la Miséricorde au cours d’une courte célébration animée par le père Emmanuel Blanc et par l’Equipe d'animation pastorale.

 

Télécharger ici le tract

 

Nous voici entrés en une Année Sainte extraordinaire de la Miséricorde voulue par le pape François comme un temps de grâce et de joie particulier dans la vie de l’Église. A la faveur de cette année jubilaire, nous sommes invités à aller toujours davantage à la rencontre de « Jésus-Christ, visage de la miséricorde du Père » (cf. Bulle d’indiction Le visage de la miséricorde n°1).

Pour signifier de manière concrète et ecclésiale cet attachement au Christ miséricordieux, il nous est proposé de poser un acte concret qui vérifie notre désir de vivre de la miséricorde divine et d’être des témoins crédibles de l’amour sans limite de Dieu qui pardonne (cf. n° 3

En ce sens notre paroisse s’apprête à vivre une démarche jubilaire de « renouveau spirituel ». en se rendant en pèlerinage à la basilique de la Visitation pour y franchir la « Porte de la Miséricorde » « En passant la Porte Sainte, nous nous laisserons embrasser par la miséricorde de Dieu, et nous nous engagerons à être miséricordieux avec les autres comme le Père l’est avec nous. » (n° 13)

La Porte qui s’ouvre en ce nouveau Jubilé est le signe d’une porte qui nous a été grand ouverte par le Christ et qui est toujours ouverte pour nous, car Il est en définitive le coeur ouvert du Père: « Moi, je suis la porte des brebis » (Jn 10, 7)

Le franchissement de la Porte est une vraie profession de foi: cela signifie confesser comme Pierre que Jésus est « le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » (Mt 16, 16).

Quand nous franchissons la porte sainte, nous nous rappelons notre baptême.

 

Paragraphe de la bulle Misericordiae Vultus sur l’indulgence (n° 22)

22. Le jubilé amène la réflexion sur l’indulgence. Elle revêt une importance particulière au cours de cette Année Sainte. Le pardon de Dieu pour nos péchés n’a pas de limite. Dans la mort et la résurrection de Jésus-Christ, Dieu rend manifeste cet amour qui va jusqu’à détruire le péché des hommes. Il est possible de se laisser réconcilier avec Dieu à travers le mystère pascal et la médiation de l’Eglise. Dieu est toujours prêt au pardon et ne se lasse jamais de l’offrir de façon toujours nouvelle et inattendue. Nous faisons tous l’expérience du péché. Nous sommes conscients d’être appelés à la perfection (cf. Mt 5, 48), mais nous ressentons fortement le poids du péché. Quand nous percevons la puissance de la grâce qui nous transforme, nous faisons l’expérience de la force du péché qui nous conditionne. Malgré le pardon, notre vie est marquée par les contradictions qui sont la conséquence de nos péchés. Dans le sacrement de la Réconciliation, Dieu pardonne les péchés, et ils sont réellement effacés, cependant que demeure l’empreinte négative des péchés dans nos comportements et nos pensées. La miséricorde de Dieu est cependant plus forte que ceci. Elle devient indulgence du Père qui rejoint le pécheur pardonné à travers l’Epouse du Christ, et le libère de tout ce qui reste des conséquences du péché, lui donnant d’agir avec charité, de grandir dans l’amour plutôt que de retomber dans le péché.

L’Eglise vit la communion des saints. Dans l’eucharistie, cette communion, qui est don de Dieu, est rendue présente comme une union spirituelle qui lie les croyants avec les Saints et les Bienheureux dont le nombre est incalculable (cf. Ap 7,4). Leur sainteté vient au secours de notre fragilité, et la Mère Eglise est ainsi capable, par sa prière et sa vie, d’aller à la rencontre de la faiblesse des uns avec la sainteté des autres. Vivre l’indulgence de l’Année Sainte, c’est s’approcher de la miséricorde du Père, avec la certitude que son pardon s’étend à toute la vie des croyants. L’indulgence, c’est l’expérience de la sainteté de l’Eglise qui donne à tous de prendre part au bénéfice de la rédemption du Christ, en faisant en sorte que le pardon parvienne jusqu’aux extrêmes conséquences que rejoint l’amour de Dieu. Vivons intensément le Jubilé, en demandant au Père le pardon des péchés et l’étendue de son indulgence miséricordieuse.

Nous vivrons une courte célébration .

Cette célébration s’inscrit dans une démarche plus large de conversion. C’est pourquoi, il est important de proposer de vivre une oeuvre de miséricorde, d’avoir célébré avant le sacrement du pardon ( vendredi ou samedi )ainsi que l’eucharistie. (le matin même)