Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Jean-aux-Portes-d'Annecy Paroisse Saint-Jean-aux-Portes-d'Annecy

Homélies de Philippe Arpin

Fête de la Sainte-Trinité_ le 22 mai 2016

 Fête de la trinité - 22 mai 2016                                                                          Jn XVI (12-15)  

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire… » avoue Jésus à ses disciples dans l’Evangile. Mais qu’a-t-il  donc tant encore à leur dire ? 

« Il viendra l’Esprit de Vérité … Il vous conduira…  Tout ce que possède mon Père est à moi… L’esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître ». L’Esprit semé à Pentecôte dans le cœur des apôtres, Jésus nous le révèle dans la liturgie de ce dimanche par le mystère de la Trinité.

La sainte trinité : une réalité difficile à comprendre, que les disciples «  pour l’instant, ne peuvent pas  porter » ! « Ce qui va venir » l’Esprit de Vérité « vous le fera connaître ». Jésus vient nous révéler le mystère d’un Dieu tout à la fois Père, Fils et Esprit. On voit bien que ce mystère ne se comprend pas d’emblée, mais qu’il s’expérimente, par l’expérience de nos vies, l’expérience de la communion : avec nous même, avec les autres, avec ce Dieu en qui nous croyons. Par la grâce du baptême, ce mystère nous habite. Il est celui d’un Dieu Amour. « Le Seigneur nous a fait pour lui » dit le Livre des Proverbes. La bible n’a de cesse de nous rappeler que nous sommes faits à l’image de ce Dieu. Nous sommes des êtres d’amour. Comme nous y invite l’apôtre Paul dans sa lettre aux Romains, on devient juste par la foi. Croire en ce Dieu, Père, Fils, Esprit, avoir foi et confiance en lui, c’est avoir accès à la grâce de ce mystère.

Faire l’expérience de ce Dieu amour, c’est vivre tout d’abord de sa miséricorde. Dieu se donne à nous gratuitement, sans exigence préalable de retour. Sa seule force est de nous aimer et de frapper humblement à la porte de notre cœur. Il nous laisse totalement libres. Nous n’avons qu’à nous interroger en vérité. Il n’attend qu’une seule chose : notre consentement. Nous le croyons loin, très loin. Par l’Esprit, il est là, vraiment là, discret, par respect, mais totalement donné et disponible. Comme ne cesse de le dire notre Pape François, il vient toujours à notre secours lorsque nous l’invoquons.

Faire l’expérience de ce Dieu amour, c’est aussi vivre de l’autre, de l’amour du prochain et de son service. Ce Dieu Amour s’est donné à nous par son fils Jésus et il nous rejoint dans notre humanité. Nous l’attendons dans une manifestation miraculeuse ? Il nous rejoint, dans un mot, un sourire, un geste, la présence et l’attention d’un autre. Des rencontres comme celle des pèlerins d’Emmaüs, j’en fais sans doute chaque jour. Mais est-ce que je sais les voir, les lire, les entendre ? Jésus nous a montré le chemin en passant sa vie à servir les pécheurs, les pauvres, les exclus, les malades. C’est en allant à leur rencontre que nous rencontrerons le Dieu d’amour. L’essentiel de ma vie est là… Y a-t-il  plus grand bonheur que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ?

Faire l’expérience de ce Dieu Amour, c’est enfin vivre de la nouveauté, de la résurrection et de l’espérance. L’espérance du matin de Pâques, du tombeau vide, du « tout à nouveau possible ». Ce sont des gestes de tendresse qui nous transforment, ce sont aussi les larmes qui viennent laver nos peines, ce sont ces regards qui  ont la force du soleil et qui viennent brûler nos cœurs, ce sont ces paroles qui ont la douceur d’une caresse qui bouleversent nos peurs, qui nous réconfortent et nous relèvent. En tout homme, il y a cette perle d’amour qui n’attend qu’à briller et s’épanouir. Cette indicible espérance, voilà la vérité entière de ce Dieu amour . On ne relève pas, on ne redonne pas goût à la vie, dans la colère, la rancœur, la vengeance, la violence, l’exclusion… On relève dans l’humilité, la compassion, l’écoute, la patience, dans la confiance en l’autre.

Le mystère de la trinité, c’est cette puissance d’amour insoupçonnée que l’Esprit  dépose et insuffle en tout homme et qui n’attend qu’à fleurir. « L’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » nous dit  saint Paul.

« Je suis le chemin, la vérité, la vie »…

La Trinité, c’est ce Dieu Père qui est le chemin, c’est cet Esprit qui est la vérité, c’est ce fils Jésus qui est la vie. La trinité nous révèle qu’en Dieu réside la perfection de l’amour. Un amour qui nous met en marche… qui nous projette sans cesse vers l’inconnu et nous donne la force de vie pour l’affronter.

Que ce Dieu trinitaire soit davantage nôtre à la lumière des paroles de Maurice ZUNDEL : « Le Dieu unique, c’est une famille… pas autre chose qu’une éternelle communication… Un Dieu qui ne peut rien faire sans nous, comme le Père dans une famille ne peut rien faire sans la mère, ni les parents sans les enfants, ni les enfants sans les parents ».