Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse d'Annecy Haute Savoie et Val d’ArlyDiocèse d'Annecy

Une gestion rigoureuse

Une gestion particulièrement rigoureuse et l’engagement de nombreux bénévoles dans les paroisses permettent de dépenser 1,50 € seulement pour les frais de collecte et de gestion des dons (communication, reçus fiscaux…). Lorsque vous versez 100 €, 98,50 € contribuent à l'animation de la vie pastorale de notre Église diocésaine, en assurant notamment une rémunération décente aux prêtres et laïcs en mission.

La collecte du denier est insuffisante et ne permet pas de faire face à l’ensemble des besoins de notre Église diocésaine. Or l’Église a besoin du soutien de tous les catholiques, qu’ils soient pratiquants réguliers ou occasionnels.

Donner à l’Église, c’est lui permettre d’évoluer et de rester à l’écoute du monde et de ses besoins !

  Les chiffres du diocèse par l'économe diocésain 

En 2016, le montant du denier s’élève à 3 527 417 € soit une progression de + 0,11% % par rapport à l’année précédente. 
Le montant en euros constant se maintient par une générosité toujours plus grande des donateurs (le don moyen a progressé en 7 ans de 159 à 208 euros).
Depuis quelques années les recettes du denier de l’Église ne couvrent plus entièrement les frais de personnel : prêtres, chargés de missions ecclésiales, administratifs (budget 4 millions d’euros).

  

 Les charges du diocèse

Les charges pastorales et les charges de fonctionnement (formations des séminaristes et des laïcs, subventions diverses, administration, entretien, immobilier) restent stables et sont bien maîtrisées.  

Les ressources ordinaires sont constituées pour une partie par le Denier et pour le reste par les quêtes, les dons faits lors des grandes cérémonies, les offrandes de messes, les prestations de services et autres produits (pèlerinages, locations, kermesses…).

L’équilibre économique est presque atteint après prise en compte des revenus financiers issus de la bonne gestion du diocèse et grâce à l’apport de ressources exceptionnelles : legs et produits de la vente de biens immobiliers inadaptés.

►Les ressources ordinaires augmentent, mais moins vite que l’inflation et les legs ont tendance à diminuer. Or, les besoins pour maintenir en état notre patrimoine immobilier ne cessent de croître du fait de sa relative vétusté et de l’entrée en vigueur de nouvelles normes de sécurité. Ainsi, les investissements dans les bâtiments affectés à la pastorale se poursuivent. Un chantier important a été lancé pour sauvegarder l’église du plateau d’Assy et la Maison diocésaine a fait l’objet d’un réaménagement important terminé début 2017.


Il est essentiel d’unir nos efforts pour que davantage de baptisés saisissent l’importance de participer, chacun selon son coeur et ses moyens, à la prise en charge des besoins matériels de leur Église.

► Pour donner maintenant, cliquez ici 

Pour lutter contre les idées-reçues 

« L’Église perçoit des subventions de l’État et du Vatican »

Lorsqu’on leur demande d’indiquer quelles sont les ressources de l’Église, de nombreux Français ont des opinions de ce type, en désaccord total avec la réalité. Ainsi, alors que l’Eglise catholique en France représentée juridiquement par les Associations diocésaines, ne bénéficie d’aucune aide ou de subvention de la part du Vatican, 75 % des Français pensent le contraire. De même, si l’Église ne bénéficie plus depuis 1905 d’aides ou de subventions directes de l’État, 58 % des Français ont encore une idée différente (source : sondage réalisé pour la Conférence des évêques de France).