Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Catholiques 74 Catholiques 74

Charles de Foucauld...

et la Haute-Savoie. En cette année du centenaire de sa mort*, il est bon de rappeler deux événements marquants de l’itinéraire du Bienheureux Charles de Foucauld, qui ont concerné notre département et notre diocèse. Le premier et le plus décisif eut lieu à Évian, en avril 1881. Ayant été renvoyé de son régiment basé à Sétif, en Algérie, où il s’ennuyait et où on lui reprochait… une liaison trop voyante avec une femme, c’est avec celle-ci que le sous-lieutenant de Foucauld s’installe en Haute-Savoie.

 

Il raconte ainsi à son ami Gabriel Tourdes la suite des événements : « Je suis revenu très gaiement en France, et j’y ai pris mes dispositions pour rester le plus longtemps possible dans cette agréable situation d’esprit. À cet effet, je me suis installé aux environs d’Évian, pays admirable que tu connais. À peine commencé-je à goûter le plaisir d’une bonne installation, qu’on m’écrit de Sétif qu’une partie de mon régiment allait partir pour la Tunisie ; tout naturellement j’ai demandé à rejoindre » (Lettres à un ami de lycée). De retour en Algérie, il va se montrer un soldat volontaire, ne craignant pas la vie à la dure dans les campements, au milieu des dangers, prêt au sacrifice de sa vie.

L’autre événement est son dernier voyage en France, en 1913, alors qu’il est établi à Tamanrasset depuis huit ans. Il emmène avec lui un Touareg, Ouksem, à qui il tient notamment à faire découvrir les paysages des Alpes. Venant de Lyon en train, il l’emmènera jusqu’à Chamonix et, sur le trajet, il va s’arrêter à Bonneville, pour vraisemblablement rencontrer un certain Monsieur Lutoslawski, qui avait le projet d’encourager ses compatriotes polonais à émigrer vers l’Afrique du Nord, plutôt que vers l’Amérique ! À ces deux événements, on peut ajouter un lien discret du Frère Charles avec le patron de notre diocèse, saint François de Sales. Les écrits decelui-ci étaient à sa disposition dans la bibliothèque des Clarisses, lors de son séjour à Nazareth en 1897-1898, et il se sentait attiré par leur lecture.
La scène évangélique de la Visitation, où la Vierge Marie, portant en elle le Christ, vient à la rencontre de sa cousine Élisabeth, est, pour Charles de Foucauld, celle qui dit le mieux sa propre vocation : « Marie part pour sanctifier saint
Jean, pour lui annoncer la Bonne Nouvelle, pour l’évangéliser non par des paroles, mais en portant en silence Jésus auprès de lui, au milieu de sa demeure » (Considérations sur les fêtes). À l’Association « des frères et soeurs du Sacré-Coeur
de Jésus » qu’il veut fonder, il donne comme patronne « la très sainte Vierge Marie au mystère de la Visitation » (Statuts de 1909).

Père Alain Fournier-Bidoz,

 

Pèlerinage en juin à Viviers

⇒Le diocèse propose, du 13 au 15 juin, un pèlerinage à Viviers (Ardèche), diocèse dont Charles de Foucauld
fréquenta la Trappe de Notre-Dame des Neiges et où il fut ordonné prêtre en 1901. Accompagnateur spirituel : P. Alain Fournier-Bidoz ; date limite d’inscription : 5 mai ; renseignements : Service des pèlerinages, tél. 04 50 52 37 13. Toutes les infos ici

(*) Lire la biographie de Ch. de Foucauld par le Père Jean-François Six, dans le numéro de janvier, p. 17-19.
Un groupe de prêtres diocésains se retrouvent au sein de la Fraternité sacerdotale Jésus Caritas, d’inspiration foucauldienne (responsable P. Henri Duperthuy).