Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Catholiques 74 Catholiques 74

Dans notre prière

Hommage à ceux qui nous ont quitté...

Février 2016

Jean-Paul KALCK, Diacre permanent

Né à Strasbourg, le 17 mars 1937. Marié avec Joan, le 17 février 1962. Ordonné diacre permanent en l’église de Fillinges, le 3 juillet 1983. En mission de présence aux personnes des établissements hospitaliers, dans l’équipe diocésaine de la pastorale de la santé de ces maisons.

Décédé le lundi 22 février 2016 à l’âge de 78 ans et après 32 ans de ministère diaconal.
La célébration des funérailles a lieu le jeudi 25 février 2016 à 10h30 en l’église de Fillinges
suivie de l’inhumation au cimetière.

 

Janvier 2016

Père Louis Lyonnaz-Perroux

Décédé le 8 janvier 2016 à Chênex, à l’âge de quatre-vingt-onze ans, dans la 68e année de son ministère sacerdotal. La messe de sépulture a été célébrée le 13 janvier, en l’église de Chênex, suivie de l’inhumation au cimetière de la commune.

Louis Lyonnaz-Perroux, né le 12 septembre 1924 à Chênex, a été ordonné prêtre le 22 mai 1948, à la cathédrale d’Annecy. D’abord vicaire au Fayet en juillet 1948, il est nommé sept ans plus tard, en juillet 1955, curé de Vovray-en-Bornes. À cette charge s’ajoute, en 1959, celle de la paroisse du Sappey. En novembre 1965, le père Lyonnaz-Perroux quitte les contreforts du Salève pour ceux du Vuache : il est nommé curé de Clarafond-Arcine. En octobre 1976, il passe au secteur de Cruseilles, prenant en charge la cure d’Andilly, à laquelle s’ajoute, en 1980, celle de Copponex, et en 1983, la paroisse de Cernex.
À sa retraite en septembre 1998, il revient vivre à Chênex et rend des services au secteur pastoral de Saint-Julien-en-Genevois.

Décembre 2015

Hommage au frère François Gendrot

Le frère François Gendrot nous a quittés à l’âge de 87 ans, lors de sa 62e année de vie religieuse au sein de la congrégation des Oblats de Saint-François-de-Sales. Il était né le 4 juin 1928 à Paris, dans une famille de trois enfants, dont sa soeur jumelle à laquelle il restera très attaché toute sa vie.
Pendant la guerre, il fait ses études secondaires chez les Oblats, dans un juvénat en Périgord, puis au collège Saint-Michel à Annecy. Après son service militaire, il postule à l’entrée dans la congrégation. Il effectue son noviciat à Moissy Cramayel (77) où, le 1er octobre 1953, il prononce ses premiers engagements religieux, puis en 1958 les voeux perpétuels, comme frère convers.effectue son noviciat à Moissy-Cramayel (77) où, le 1er octobre 1953, il prononce ses premiers engagements religieux, puis en 1958 les voeux perpétuels, comme frère convers.

Formé au métier de cuisinier, il l’exercera « là où l’obéissance l’enverra » (il aimait utiliser cette expression !), autrement dit dans les communautés ayant besoin d’un religieux pour un certain nombre de tâches : cuisine, jardinage, entretien de la maison, accompagnement de confrères âgés ou malades… Partout où il passe, à Publier, Monaco, Troyes, Rochebois-en-Périgord, Craponne, Annecy, on apprécie sa disponibilité et sa méticulosité dans l’exécution de ses tâches, son esprit de foi et de prière, sa discrétion et son attachement à la communauté, sans oublier sa mémoire extraordinaire et son art de
raconter des tas de souvenirs, avec beaucoup d’humour !
En novembre 2011, sa santé s’étant gravement dégradée, le voilà contraint de se retirer à la résidence Saint-François d’Annecy, où la maladie a continué à lui ôter mémoire et forces physiques : il a beaucoup souffert moralement de ce handicap dont il était parfaitement conscient. Il faut saluer avec reconnaissance l’accompagnement dévoué du personnel soignant, qui a tout fait pour comprendre et pallier ses difficultés.
Il a rejoint le Père le 8 décembre, jour de la fête de Notre-Dame qu’il a si souvent invoquée, et qu’il affectionnait particulièrement. La messe de sépulture fut célébrée à la basilique de la Visitation, où il aimait tant venir se recueillir, et
rencontrer des soeurs à qui il pouvait confier ses misères, et qui savaient trouver le mot juste pour lui
remonter le moral !
Père Roger Seguin, osfs