Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Catholiques 74 Catholiques 74

SALLANCHES

Les équipes liturgiques et de santé des paroisses Sainte Anne d’Arly-Montjoie, Saint François d’Assise en Vallée d’Arve et Saint Bernard du Mont-Blanc, se sont retrouvées le 7 janvier au Val d’Arve, centre de gériatrie, à l’invitation
de la déléguée Santé du haut de la vallée, Blandine Peltié.

 

Partant d’un Powerpoint sur les cris de l’homme, accompagné de chants monastiques sur le psaume 21,
nous nous sommes réunis en petits groupes autour des questions : « Quels cris entendons-nous dans nos visites ou
autour de nous ? Qu’est-ce que cela nous fait ? Quels sont nos propres cris intérieurs ? »
Nous avons vite expérimenté que nous n’avons pas l’habitude de parler des cris. Pourtant, dans nos visites,
bien des cris sont entendus : « Qu’ai-je fait au Bon Dieu pour avoir cette maladie ? » ; « Je voudrais mourir ! » ;
« Le Bon Dieu m’a oublié » ; « Ils viennent jamais me voir » (même si la famille vient de passer)… Plus les cris
consonnent avec ce que nous vivons, plus ils sont durs à entendre.

Une des pistes qui nous aide le plus est d’entendre ces cris comme un psaume. Paul Beauchamps voit les psaumes comme des « anneaux » entrecroisés : on peut y entendre le cri de l’homme, ou du peuple de Dieu, ou encore celui de Jésus-Christ, et passer de l’un à l’autre. De même, le cri de la personne visitée peut être vu comme son cri ou celui de l’humanité,
ou comme le cri du Christ vers son Père. Telle Marie à Cana, dans nos prières ou à l’Eucharistie, nous
pouvons présenter ces cris au coeur de Dieu qui est miséricorde.

Quelques idées concrètes pour la liturgie : se servir de ce montage lors du psaume, inviter des
personnes, ayant des « cris » dans leur coeur ou leur entourage, à venir porter une bougie à l’offrande…