Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

 Patrimoine & Art sacré Patrimoine & Art sacré

L'église Saint-Pancrace à Yvoire

En 2012, l'église d'Yvoire a été restaurée entièrement. Retour sur une collaboration : commune–paroisse qui a pu mener à bien une campagne de rénovation complète et réussie. À part la réfection du clocher en 1988, l'église d'Yvoire n'avait pas connu de chantier de réfection majeur depuis une cinquantaine d'années.

Ce projet est né en 2003. Après avoir été complété, mûri et redéfini, c’est en 2009 que la Commune engage l’intervention d’ensemble sur le bâtiment .

 

Une belle coopération
Très vite, la paroisse Saint-Jean Baptiste en Chablais (via l’EAP et le Conseil pour les affaires économiques) est associée à la réflexion en collaboration avec les services de l’évêché (économe diocésain et commission d’Art Sacré). De là, naît une belle collaboration avec une répartition de certains postes : Si la Commune prend à sa charge les frais sur le bâtiment (chauffage, peinture, électricité, menuiserie, serrurerie), la paroisse offre la prise en charge d’éléments intérieurs afférent au confort des usagers (éclairage, acoustique, peinture hors éléments patrimoniaux). Le mobilier liturgique est, quant à lui, pris totalement en charge par la paroisse Saint-Jean Baptiste. L’architecte en charge de la réfection du bâtiment (M. Guy Desgranchamps) décide d’offrir les dessins de conception du mobilier (autel, ambon, sièges et porte de la réserve eucharistique). De plus, la paroisse avec le mécénat de l’association des Vielles Maisons Françaises (VMF) restaure la totalité des stations du chemin de croix.
 

Des découvertes archéologiques


Lors des divers sondages, la société de restauration de peintures murales Emond met à jour des éléments d’une décoration peinte à fresque sur le mur du retable. Remontant vraisemblablement au XVIIe siècle, ces décors étaient alors inconnus de tous. De même, derrière l’ancien maître autel un placard de grande taille est découvert. Cette armoire liturgique est habillée de bois remontant au XIVe siècle, sans doute installée dans le courant du siècle suivant. De l’avis de tous, il est décidé de faire de cette armoire liturgique la réserve eucharistique, complétée par un cadre en verre (laissant apparaître les bois anciens) et la lumière de la Présence réelle. Enfin en couche archéologique, dans le sol du chœur, M. Desgrandchamps a mis à jour une ancienne pierre d’autel qui a été enchâssée au pied de l’autel.

 Placard liturgique

 

 

pierre au sol découverte lors des travaux

 

 Pierre d'autel enchâssée dans le sol                      Éléments peints (17e)découverts


Retour à la beauté


Depuis 2009, à l’initiative du père Claude Falquet, une équipe composée d’une trentaine de bénévoles assure une présence tous les après-midis de juillet et août. À ceux-ci viennent en renfort les membres de la communauté locale qui ouvrent et entretiennent chaque jour cette église. Qu’ils soient ici tous remerciés en retrouvant un sanctuaire empreint de beauté et de simplicité.
Inaugurée samedi (21 avril) en présence de Mgr Yves Boivineau, l’église d‘Yvoire est à nouveau en mesure d’accueillir les nombreux pèlerins et touristes qui viennent trouver en ce lieu : prière, calme et recueillement.
 

le choeur restauré

porte de la réserve eucharistique

 
Le choeur restauré                           Porte de la réserve Eucharistique       Vue extérieure
 
Jérôme Bouchet
Pour la commission Art sacré