Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

 Patrimoine & Art sacré Patrimoine & Art sacré

L'avenir de nos clochers

Quel avenir pour les 320 clochers de Haute-Savoie ? Avec la baisse du nombre de fidèles, se pose parfois la question de vendre les bâtiments. En parallèle, les églises sont de plus en plus valorisées et animées par des paroissiens motivés. Une émission présentée par Vanessa Sansone, diffusée sur RCF le 24 juin 2017.

 

Les finances, l'ouverture et l'animation de nos églises de Haute-Savoie : trois questions imbriquées.

L'occasion de rappeler que toutes les églises ne sont pas logées à la même enseigne. "Les bâtiments construits avant la loi de séparation des Églises et de l'Etat appartiennent aux communes" rappelle Raymond Boccard, économe diocésain. Tandis que dix-sept églises construites après cette date sont entièrement à la charge du diocèse. Certaines posent des problèmes financiers, alors qu'elles sont aujourd'hui peu fréquentées.
L'Église est dans la société. Elle évolue avec la démographie et la manière dont on vit dans nos quartiers" souligne Jérôme Bouchet, conservateur du patrimoine. Par le passé, des églises ont été détruites ou désacralisées : ces questions ne sont pas si neuves qu'il paraît. 

"Il faut ouvrir les églises
et montrer qu'elles
sont vivantes !" 

Derrière ces questions de finances et de fréquentation : les enjeux pastoraux et patrimoniaux. "Nous ne célébrons plus l'hiver dans certaines églises trop chères à chauffer. Cela a poussé les paroissiens à se rapprocher. Nous avons retravaillé notre projet pastoral" raconte le Père Pierre Masson. 
"Il faut ouvrir les églises et montrer qu'elles sont vivantes ! L'église c'est la maison ouverte à tous." insiste Jacques Herrgott, de la Commission d'Art Sacré.
Au plateau d'Assy, les paroissiens assurent une présence et un accueil en l'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce.. "Nous ne nous déguisons pas en guides du patrimoine. Nous accueillons au nom de la communauté" raconte Françoise Eibeirlé, paroissienne. 
L'adhésion à la Nuit des églises dans le diocèse montre d'ailleurs un intérêt des catholiques pour l'animation de ces bâtiments pas comme les autres. 

Témoignent aujourd'hui : 

  • Raymond Boccard, économe diocésain
  • Jérôme Bouchet, conservateur du patrimoine diocésain
  • Jacques Herrgott, membre de la Commission d'Art Sacré du diocèse d'Annecy, architecte et urbaniste
  • Père Pierre Masson, curé de la paroisse Saint-Jean aux portes d'Annecy (Cran-Gevrier, Seynod)
  • Françoise Ebeirlé, paroissienne du plateau d'Assy