Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse d'Annecy Haute Savoie et Val d’ArlyDiocèse d'Annecy

Tout est question d’équilibre

Raymond Boccard, le responsable des finances (appelé économe diocésain) et Michèle Tissot - en charge du Denier de l’Église pour le diocèse d’Annecy - apportent un éclairage sur l’argent et l’Église en Haute-Savoie.

Comment cela fonctionne chez nous ?

Rigueur est le maître mot de Raymond Boccard et de Michèle Tissot. Rigueur dans la gestion, dans les investissements et dans le fonctionnement. Comme pour  les entreprises et collectivités, il s’agit de trouver l’équilibre entre dépenses et recettes. Les besoins du diocèse sont couverts pour un tiers par le Denier qui est utilisé pour le fonctionnement courant, la rémunération des prêtres et les salaires des laïcs.  C’est dire toute l’importance du Denier ! « Nous arrivons malgré les difficultés que l’on connait sur le plan social et dans tous les domaines, à maintenir cette ressource et cela, grâce à la fidélité et à la générosité des donateurs au Denier ».

Et les quêtes du dimanche ?  « Leurs produits servent au fonctionnement de la paroisse et aux frais pastoraux de celle-ci, hormis les quêtes spécifiques. Nous avons aussi les offrandes de messes,  poursuit Raymond Boccard, un produit financier non négligeable. Enfin, nous avons les legs et les recettes exceptionnelles qui permettent l’équilibre des budgets. Dans tous les cas, avant chaque utilisation des fonds, nous regardons la finalité de notre mission. Le diocèse est acteur financier pour la formation sous toutes ses formes ; apporte sa contribution pour les JMJ, car les jeunes sont notre avenir et celui de l’Église et de son rayonnement ; et enfin, finance tous les grands temps forts et rassemblements pastoraux ».

Quant est-t-il de la transparence financière ?

« Le diocèse s’attache à une transparence sur toute ses décisions financières. Nous le devons bien à ceux et celles qui aident l’Église et à toutes les personnes engagées, sans oublier les bénévoles qui œuvrent un peu partout. »

Pouvez-vous nous donner un chiffre ?

«  10 millions d’euros. C’est le montant du budget de fonctionnement du diocèse d’Annecy. Il faut également compter avec les travaux d’entretien ou d’amélioration des bâtiments. Plus de 60 % de ces frais sont couverts par des dons.  Nous travaillons comme une entreprise avec une réflexion qui cherche toujours à réaliser des économies »

.

Et la rénovation de la
Maison diocésaine–La Puya à Annecy ?

« Cette rénovation est née sous l’impulsion de notre évêque, qui désirait donner à ces bâtiments plus d’espace pour les missions pastorales. Une mise aux normes des bâtiments s’imposait également. Le coût total de la rénovation est de 5 millions d’euros, une somme  prélevée sur nos fonds propres, c’est dire que notre gestion est rigoureuse » !

En conclusion

L’Église et l’argent : ce n’est pas un sujet tabou. Il faut vivre avec la  réalité quotidienne et intégrer le fait que les ressources sont en baisse, comme le nombre de donateurs.

Norbert Beysson