Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse d'Annecy Haute Savoie et Val d’ArlyDiocèse d'Annecy

La bonne entrée...

Même si nos paroisses sont demeurées actives au cours de ces deux mois de l’été, c’est maintenant le temps de la reprise. Nous voici au seuil d’une nouvelle année pastorale. Comment y entrer ? Il y a tant d’activités à remettre en chantier : la catéchèse, la préparation aux sacrements… et nombre de services indispensables. Ce n’est pas une mince affaire ! Nous ne pouvons toutefois nous satisfaire de gérer l’existant...


 

... N’oublions pas l’invitation de notre pape François à la conversion pastorale de nos communautés, conversion qui exige de passer d’une pastorale de la simple conservation à une pastorale vraiment missionnaire. Au beau milieu de nos soucis d’organisation, nous sommes conviés à nous laisser renouveler dans notre attachement au Christ, en nous disposant –personnellement et en communauté – à recevoir de Lui la mission qu’il nous confie. C’est lui, Jésus le Christ, qui aujourd’hui nous appelle et nous envoie en mission. Je sais que le réel est là, que les sollicitations sont multiples, qu’il faut affronter les résistances... Mais si, avant de décider ce que nous voulons faire, nous prenions d’abord le temps d’écouter et d’accueillir ce
que le Seigneur nous demande ! La porte d’entrée d’une année pastorale ne serait-elle pas l’écoute du Seigneur, dans une réflexion commune partagée dans la prière ? Ceci est vrai pour chacune et chacun, pour nos équipes, pour notre paroisse, pour notre diocèse : « Écoute ce que l’Esprit dit aux Églises » (cf. Ap 2, 11).

 Écoute ce que
l’Esprit dit
aux Églises 

(cf. Ap 2, 11)

Au coeur de nos initiatives, ayons le souci d’honorer ces « cinq essentiels » qui sont indissociables et qui caractérisent toute communauté chrétienne quelle que soit sa taille : la prière, la communion fraternelle, l’intelligence de la foi à l’école de Jésus, le service du frère et l’évangélisation (cf. Ac 2, 42). L’avenir et le renouveau de nos communautés tiennent à notre capacité à
tenir ensemble ces cinq caractéristiques fondatrices, seules en mesure de nous permettre de devenir des communautés de disciples-missionnaires.
Nos diverses communautés de vie chrétiennes sont-elles vraiment des lieux
où nous faisons l’expérience de l’amour sauveur de Jésus ?

Bien sûr, nous sommes en chemin… Notre imperfection ne doit pas pour
autant être une excuse : la mission est un stimulant pour ne pas s’installer
dans la médiocrité et pour continuer de grandir. Être disciple, ce n’est pas
être parfait, mais avoir au coeur la disposition permanente de porter aux
autres l’amour de Jésus.

Au début de cette nouvelle année pastorale, partageons notre joie d’être
disciples du Christ, appelés et envoyés !

Mgr Yves Boinvineau
Édito Catholique 74
septembre 2017